Chroniques

     


Date
Chroniqueur
Chronique
Sujet
       
03/09/2005
Elie Duvivier
Rencontre
23/05/2004
Alain Raimbault
Livre
23/10/2001
Elie Duvivier
Festival
23/10/2001
Alain Raimbault
Festival
Festival International de Trois-Rivières
02/09/2001
Alain Raimbault
Livre
09/06/2001
Alain Raimbault
Livre
12/04/2001
Marie-Jeanne Sakhinis
Rencontre
29/03/2001
Elie Duvivier
Livre
29/03/2001
Alain Raimbault
Livre
15/03/2001
Alain Raimbault
Livre
28/01/2001
Alain Raimbault
Livre
14/01/2001
Marie-Jeanne Sakhinis
Rencontre
01/01/2001
Alain Raimbault
Livre
30/11/2000
Alain Raimbault
Livre
14/11/2000
Alain Raimbault
Livre
14/11/2000
Elie Duvivier
Maria LAZZARO
14/11/2000
Elie Duvivier
Patrice PIALAT
14/11/2000
Elie Duvivier
Patrick JOQUEL
       
       

Marianne Harvey

AnPlus garde sa fibre universelle et le passage de Marianne Harvey , notre traductrice anglaise, en est une preuve supplémentaire...
Serait-ce trahir la vérité que d'avouer les origines de Marianne ? Les Ardennes belges, où elle était de passage avec son compagnon John et sa fille Fleur.
Malgré des agendas chargés, nous sommes parvenus à nous voir quelques minutes avant qu'ils ne rejoignent leur île. .


La bonne humeur prévalait...
Elie Duvivier & Marianne Harvey
Photo : John

Nous en avons profité pour discuter de nos passions respectives et de la tenue à prendre pour re do nner vie au "petit frère" de AnPlus,
le site en anglais. Dans les prochaines semaines, tant les haïkus de 2005 que ceux de 2003 seront traduits et mis sur les pages anglaises.
De vifs remerciements à Marianne qui a toujours do nné le meilleur d'elle-même pour une traduction la plus fidèle possible.
A bientôt nous revoir..


Dessine-moi une maison
Monique Laforce - Éditions Le Loup de Goutière - Québec - 2003

Les premiers poèmes évoquent une enfance à revivre. L'auteure interroge la femme en elle qu'elle vouvoie, la petite fille. La maison serait celle d'une mémoire
fuyante: "Je m'attarde dans ces lieux où elle ne revient pas. La maison sans clé." Ensuite viennent les interrogations: "J'interroge l'espace où se cache le temps." "je demande", "j'appelle", "...je cherche des portes entre les arbres." La maison est composée "des images secrètes sur les berçants des chaises. Je remplis les coffres de foulards et de châles." Le recueil se termine par une série de tableaux, qui s'élargissent: " Quelqu'un installe ses origines. Lascaux. Altamira." Les images se font furtives. La phrase devient nominale.
Ce livre est un voyage intérieur, le titre évoque un Petit Prince nostalgique en quête d'une mémoire à recomposer.



Alain
Raimbault

 

Rencontres des poètes en Valois

Ces 20 et 21 octobre se sont déroulées, sous l'égide des éditions Les Adex, les rencontres des poètes en Valois. Dans une ambiance chaleureuse et conviviale, les poètes à l'honneur, à l'occasion de la sortie de la collection 2001, s'étaient rassemblés pour soutenir les nombreuses actions de leur éditeur. Ainsi, le samedi soir, nous étions conviés à une soirée poétique et musicale alors que le dimanche était consacré à dévoiler les nouvelles créations. Parmi celles-ci de nombreux auteurs régulièrement mis en page tant sur An + que sur AnPlus. Votre serviteur eut l'occasion de dédicacer son recueil "Echos d'attente". Ce fut également l'occasion de signer une convention entre les éditons Les Adex et le site AnPlus.

Elie Duvivier & Jean-Pierre Hanniet
Photo : Bernadette Bodson

Festival International de Poésie de Trois-Rivières

Le 17e Festival International de la poésie de Trois-Rivières, au Québec, qui s'est tenu fin septembre-début octobre 2001 a vu la présence de 150 poètes provenant de 30 pays. J'ai eu l'honneur et la joie d'y participer à titre de représentant de la Nouvelle-Écosse, en compagnie de l'auteur Martine Jacquot, ma voisine et amie. J'ai lu au bar Zénob, une nuit très enfumée; j'ai lu au restaurant Le Lupin où, faute de public, l'ambiance fut tout de même excellente entre les poètes invités; enfin j'ai lu dans la salle du Ciné-Campus au séminaire St-Joseph, juste avant la projection du film Maelström du réalisateur Denis Villeneuve, assis devant moi lors de ma lecture et qui par la suite m'a remercié. Un grand moment pour moi que je n'oublierai pas. Et puis, j'ai surtout découvert des poètes comme Bernard Montini, Sara Cohen, Monica Mansour, Alex Suzanna, Ingalina Lindqvist, ou Klaus Bondebjerg et j'ai retrouvé des amis comme Beverly Matherne, Yves Boisvert et Eddy Garnier. Grâce à un public merveilleusement attentif et à une organisation impeccable orchestrée par Gaston Bellemare et Maryse Baribeau, je peux affirmer que Trois-Rivières est bien la capitale des poètes, et de la poésie.


Alain
Raimbault

"L'inépuisable tremblement des vivants"
Michel Muir, Les Éditions David, Ontario, 2000

Avec un titre qui évoque "L'insoutenable légèreté de l'être", de Milan Kundera, le poète trace le portrait d'un bonheur possible
par les mots. Grâce à une écriture sereine et accomplie, le lecteur accueille la beauté dans son mystère et sa clarté. Une leçon
de bonheur par un remarquable poète.

"Tu t'en prends à ce qui avilit
jamais à ce qui diminue
la faiblesse peut être un bonheur
tu sais que ce qui est bas
restreint le rayonnement du coeur"

"attendre n'est plus une chute
si l'on regarde où l'on tombe"


Alain
Raimbault

Douze bêtes aux chemises de l'homme
Tania Langlais, Les Herbes rouges, Montréal, 2000

Quand la mémoire d'une femme, d'un homme se lit dans une garde-robes et que l'on tente de dire le corps par des cheveux que l'on dénoue et des "mouvements de ballerine", alors un souffle nous emporte. Un très beau recueil, qui tutoie la grâce.
Le livre s'ouvre ainsi:

"Un autre soir elle m'a dit: "tu verras
qu'il reste tant de robes encore à délacer
pour atteindre la transparence des filles"

le lendemain elle partait pour Madrid
avec son désordre toujours
et l'avancée de trois ruptures"


Alain
Raimbault

Chantal EDEN

Française d'origine et belge d'adoption, qui donne un concert le 21 avril prochain à Pepinster avec un coeur de 1000 enfants au profit de l'association "Oser Espérer" pour offrir une bibliothèque aux enfants de Guinée.
J'ai fais sa connaissance jeudi dernier, bien que je connaissais ces textes avant. Elle est sincère et sa plume mérite qu'on s'y attarde.

Son dernier CD "Plus loin", est un hymme à l'amour, des textes écrits avec des mots simples chargés d'émotions:

La plupart du temps
on oublie de vivre,

La plupart du temps,
on fait juste semblant,

,........,

On regarde le vide,
à travers les miroirs,
Et la terre se meurt,
sous nos yeux froids,
.....,

Et demain s'en va,
sans jamais devenir,

.....

Parce que la poésie est aussi un chant d'amour, Chantal a voulu que ces deux enfants de 14 et 15 ans : Yaguine et Fodé, morts pour transmettre un message au monde entier, n'aient pas fait ce voyage pour rien .


Marie-Jeanne
Sakhinis-De Meis

 

Opus 1
Patrice Fath - Editions An amzer - 2000

Patrice navigue entre une poésie tantôt libre,

"Féerie chromatique et mouvante où le soleil
Joue comme au travers d'une robe légère
A contre-jour..."

tantôt classique

"Océan gris plombé
Etale
Et pâle
En sommeil est tombé"

où les mots ont valeur de symboles. L'auteur vogue sur des eaux calmes ou déchaînées où la nature donne sa pleine ampleur quand l'Homme lui laisse la liberté de s'exprimer...

Elie
Duvivier

 

"Au commencement la lumière"
Michel Côté, illustré par l'auteur, Editions Triptyque, Montréal, 2001

Sur le visage et les désirs se dépose et se tend une lumière blanche. Une transparence. Le poète évoque "l'excès du lisible" pour allier au mot une fulgurance. Des mots de peintre. Le recueil est illustré par l'auteur à l'encre de Chine et par des calligraphies. Un très beau livre, assurément.

"L'oeil cherche, sous les mots
une lumière entre les phrases"

"Au bout du geste, la main voit
elle informe, tout à son aise
née du ravissement
la scène du clair m'emporte tout ce temps"

"Dans l'arrondi de la main
le geste du soleil
une encre de feu, une eau de dérive"


Alain
Raimbault

 

"La craie dans l'oeil"
Linda Bonin, Éditions TROIS, Québec, 2000

Les questions sur le corps et le verbe poussent le lecteur vers sa propre solitude, vers un espace où un espoir réside. Celui
d'une vie à deux.

"catapultés
à coup de qui
de je
de questions en suspens
on cherche un point
qui mettrait fin
à ce qui nous accable"


"Sommes-nous
que répercussion d'un verbe..."

"dans la lumière où nos corps
à demeurer fixes
font ombres nomades"


Alain
Raimbault

 

"Choix de poèmes (1955-1997)"
Fernand Ouellette, éditions Fides, Québec, 2000

À travers cette anthologie, une ouvre profonde et cohérente nous est
offerte. Une poésie de l'amour qui toujours questionne, qui étonne
simplement.

"...Je croirai entendre un chant,
et non plus la ruée des mots
qui prétendent me convoyer.

Le coeur me quittera peut-être
pour se souder au tien
que j'ai si mal tenu."

"...Et je m'étonne d'avoir rêvé,
si près des arbres,
ébloui contre l'amante."


Alain
Raimbault

 

Les jeunes et les poètes

L’amitié qui me lie avec le poète Gérard Le Gouic depuis 28 ans, a commencée alors que j’avais dix sept, et après avoir ressentie le besoin de faire lire mes écrits. Un simple courrier à Gérard m’a valu un grand réconfort et surtout d’une grande richesse de conseils que je souhaiterais transmettre.

Par expérience, je peux dire et partager l’avis de GLG, je cite : "Il est essentiel, à mon avis, qu’un jeune se lie avec un autre, pas forcément plus âgé, qui saura lui conseiller, le guider , même sans s’en rendre compte."
Voici également un extrait de son recueil « Cafés et autres lieux d’amour » aux éditions
Telen Arvor : "Choisis-toi un bon maître, mais son enseignement ne germera pas si tu n’es pas déjà ton propre maître."

Quelques conseils tirés au fil de notre correspondance:

GLG : " lisez beaucoup, surtout les poètes, les poètes modernes en particulier… Oui, il faut lire les aînés et lorsque l’un ou
plusieurs d’entre eux vous plairont plus particulièrement, relisez-les sans relâche. Vous apprendrez beaucoup ainsi...
...je tiens à vous dire également que la poésie est peut-être la « discipline » la plus dure de tous les genres littéraires.
Les satisfactions ne viennent qu’au bout de nombreuses années." (28/08/1973)

" ...la poésie s’écrit, bien souvent à petites doses et il est bon qu’elle se lise ainsi aussi..." (25/10/1973)

" ...l’abus de l’adjectif qualificatif : quand vous écrivez, laissez-vous aller à l’inspiration, mais en suite, en vous réalisant,
soyez impitoyable: barrez les adjectifs, ne conservez que ceux qui sont indispensables, qui apportent un ton
personnel..." (26/10/1974)

Je voudrais conclure en disant que nombreux sont les poètes, qui aujourd’hui, n’hésitent pas à s’investir auprès des écoles par des rencontres, ateliers, lectures. Les jeunes d’aujourd’hui sont les voix de demain, ne laissons pas ces voix se taire.


Marie-Jeanne
Sakhinis-De Meis

 

"Burkina Blues"
Poèmes d'Angèle Bassolé-Ouédraogo - Editions Humanitas, Québec, 2000

Ce recueil est un cri de douleur. Angèle Bassolé dénonce toutes les injustices, se fait écho des solitudes, interroge ses racines, le silence de Dieu. Dans l'écriture,
"... des mots
Dont la seule existence vous
foudroie"

Une écriture pour dénoncer, pour refuser de "plier l'échine"

"De la terre mienne
C'est toujours la désolation
Et mon frère qui nuit et jour
travaille
Et mon frère qui nuit et jour
s'épuise au labeur
Je voudrais faire vibrer le tempo
des coumbites"


Alain
Raimbault

"Haïku et francophonie canadienne"
sous la direction d'André Duhaime, aux Édition David, en Ontario, en coédition.

Ce recueil "réunit quarante-cinq poètes représentant six provinces canadiennes".

Par sa forme brève, le haïku transforme soudainement le quotidien. Il le pousse vers des zones indéfinies où le lecteur perd pied:

sur les trapèzes
les glaçons ont remplacé
les doigts des enfants

Ton épaule nue
neige ombrée de brindilles
ma main qui tremble

Un Christ de bois
abandonné au bord de la route
agonise pour de bon

Le lecteur inattentif est précipité vers l'autre dimension. Vers lui-même. C'est au lecteur d'écrire le quatrième vers. Les histoires
seraient à poursuivre. Les matins à habiter:

matin de printemps
on ne peut plus clair
mal aux cheveux

Stravinsky, Zappa et Coltrrane
boivent du mescal
dans un abri à Belgrade

radiographie
le médecin me montre
mon âme qui dort

Un livre nécessaire, et qui met en valeur la diversité et la grande richesse des auteurs du Canada francophone.

Alain
Raimbault

"Métropolis Opéra" suivi de "Tribu"
Joël Des Rosiers, éditions Triptyque, Montréal, 2000

Le poète nous révèle pas moins que la beauté dans une langue nouvelle, sensuelle, aux accents césairiens:

femme de capture icône de la nuit
que le vent calligraphe poursuit
dans les arcanes en marge
la suave fiction l'insensé du songe

Le corps porte toutes les traces, les douleurs, tous les désirs et la parole:

nos corps soudain en dérade parmi les masques nègres
âmes d'acajou bramées sous des ligatures de cuivre
nus comme une humanité impure
si pure dans l'acmé
que seuls auraient rêvé les morts


Alain
Raimbault

 

Le tour en trois questions

Chroniqueur
Auteur
Questions
 
1 - Quelle est l'importance du français au Danemark ?
2 - Comment êtes-vous venue à l'haïku ?
3 - Les haïku vous ont-ils permis de rencontrer d'autres horizons ?
Elie
Maria
1 - L'importance du français n'est pas très grande au Danemark. En fait, il n'a pas d'importance du tout. On ne le parle pas hors de l'école si on ne connaît pas des français.
Duvivier
Lazzaro
2 - Nous sommes venus à l'haiku parce que notre professeur nous le fait faire, et pour ça on a lu d'autres Haikus.
17 ans
3 - Non je ne pense pas que les Haïku que nous avons écrit nous ont permis de rencontrer d'autres horizons parce que pour moi c'est un poème et pas une chose que je pense.



 
1 - Comment êtes-vous venu à la poésie ?
2 - Dans quelles circonstances écrivez-vous le plus facilement ?
3 - Quelles sont vos rapports avec les autres poètes (notamment lors des remises des prix) ?
Elie
Patrice
1 - A l'âge de 12 ans, en écoutant un disque de Jean Ferrat, j'ai été séduit par la magie des mots, et j'ai voulu faire de même

Duvivier
Pialat
2 - Le matin de bonne heure, avec un fond musical, et parfois mon chat qui vient s'endormir près de mon clavier.
Jongleur de mots
3 - Etant assez handicapé, en fauteuil rooulant, les gens sont un peu surpris, mais la poésie redevient vite source de chaleureux contacts



1 - Les enfants sont-ils sensibles, réceptifs à la poésie ?
2 - A part la poésie, écris-tu ?
3 - Dans quelles circonstances écris-tu le plus facilement ?
Elie
Patrick
1 - Oui, bien sûr ! Cependant, il faut nuancer un peu. Car on apprend à lire un poème comme on apprend à lire un tableau...
Duvivier
Joquel
2 - J'ai publié en pédagogie de la poésie, dans une revue défunte maintenant. En 2001, un ouvrage pédagogique sera publié chez Magnard. J'écris un peu de prose et la première devrait être publiée au Jasmin l'an prochain aussi : un conte. Et puis j'écris des cartes postales, des courriels, au tableau, à l'encre...
Instituteur
3 - Il n'y a pas de circonstances particulières. J'écris plutôt dans le calme, donc le soir ou tôt le matin quand l'immeuble et l'appartement sont tranquilles. J'écris aussi en montagne, que ce soit en marchant ou près du feu de cheminée.
 
 
 

Accueil | Début