Guy de Maupassant
Guy de MaupassantDe la pub ?
Guy de MaupassantPage d'accueilRecherchez un document sur ce site ou un message dans le forumPosez vos questions sur le forum !
Guy de Maupassant
  Biographies
  Citations

  Axes de lecture
  Résumés
  Lect. méthodiques
  Critiques de Bel-Ami
  Les descriptions
  Les thèmes
  Quizz

  Librairie
  Galeries

  A Propos de ce site
  Livre D'or

  Liens
  Pour ton portable
  Logos couleur
  Sonneries poly
  Logos NB
  Sonneries mono



Rechercher dans le siteImprimer ?Ajouter aux favorisPrécédentSuivant



Maupassant et Bel-Ami: Description des principaux personnages.

 
Georges Duroy.

Futur Bel-Ami, ce personnage est l'acteur principal du livre. C'est un bel homme, grand, bien fait, blond, avec une moustache et des yeux bleu clair.
Il nous est au début présenté comme un jeune homme sans le sou, timide et peu sur de lui. Cependant joli garçon, il plait à toutes les femmes: jeunes, vieilles, riches, pauvres, célibataires ou mariées.

En excellent opportuniste, il saisira la moindre occasion pour la tourner à son propre avantage, utilisant les femmes comme des outils lui permettant d'arriver, en prenant bien soin de s'en délecter au passage, se souciant peu des moyens employés. Il n'hésitera pas à fendre ainsi des coeurs de femmes éperdument amoureuses de lui.
Au fil de son évolution, il prend de l'assurance, il devient plus fort et plus sûr de lui, plus habile dans ses jugements et ses actes. Il deviendra également de plus en plus machiavélique et égoïste, pour terminer dans les bras d'une jeune fille riche à millions.

Charles Forestier.

Ancien ami militaire de Duroy, Forestier est présenté au début comme petit journaliste travaillant à La Vie Française. Dès le début du roman, celui-ci excite la convoitise de Duroy en lui laissant entendre qu'il était aisé d'arriver surtout grâce aux femmes. Il réussit à obtenir un poste de reporter à Duroy au sein de son journal, bien que celui-ci n'ait aucune expérience de ce métier.
D'abord présenté comme quelqu'un de tranquille, sûr de lui et de ses oracles, le personnage va rapidement montrer ses limites: fragile, inquiet de sa santé; un caractère qui s'aigrit rapidement. De plus, il doit en majeure partie sa situation à sa femme, qui, entre autres, écrit ses articles..
Forestier porte en lui ces ambiguïtés: la force et le doute, l'optimisme et le pessimisme, l'ivresse de la réussite et la peur de la mort. Ces traits de caractère sont garants d'une richesse certaine qui s'estompe dans le cas de Forestier, victime des mauvaises habitudes contractées dans un journal où l'on trouve de tout pour tous les goûts, des idées pour toutes les sociétés.

Madeleine Forestier.

Personnage le plus moderne du roman: une femme qui attire, fascine, donne sans donner, pleine d'un mystère savamment entretenu par le romancier.
Elle n'est qu'une femme un peu plus indépendante que les autres. Séduisante, elle a de la grâce et une distinction qui étonne. Mme Forestier est à l'image d'une société qui aime paraître et jouer, quand seuls comptent les résultats. Georges Duroy admire et fait siennes les dures leçons de la femme "politicienne". Le règne de ces femmes est conforté, est celui des femmes tenant salon et jouant un rôle important en politique.
Mme Forestier aimée par Duroy au début du livre, est détestée à la fin. Elle l'aide pour son premier article, ce qui va le propulser dans le journal. De nos jours, ce serait elle la journaliste. C'est une femme forte.

Clothilde de Marelle.

Beaucoup mieux qu'une maîtresse sensuelle, avide des seuls plaisirs de la chair et de perversité. Bohême, jolie, avenante et gaie, elle possède le charme, la fantaisie et le mystère. Cette femme reçoit ses amis au restaurant et conduit son destin dans le sens d'une liberté totale. Elle se montre sincère, toujours affectueuse et passionnée. Elle sera d'ailleurs tout au long du roman la plus fidèle et la plus respectées des maîtresses de Duroy.
Ce n'est pas une maîtresse de race, compliquée et hautaine, mais une femme qui veut vivre, profiter de tous les plaisirs que la société permet. Elle veut aimer de toute la force d'une passion qui s'exacerbe dans les difficultés mille fois répétées, mille fois vaincues.

Laurine de Marelle.

Charmante fillette, volontaire et déjà indépendante, est un être déraciné qui sent obscurément le mal qui ronge le milieu où elle vit. Elle se contente d'exister entre une mère qui n'a pas grand chose à donner, sinon l'image d'une existence paresseuse et amorale, et un père sans caractère, prêt à tous les abandons, par faiblesse et lâcheté. Laurine aussi est séduite par Duroy et, spontanément, elle le baptise Bel-Ami, et trouve l'entrain, la joie qui lui manquaient.
Laurine n'est pas un personnage de second plan, une apparition inutile. "Avec son air grave de grande personne" et son innocence de fillette, elle ressent plus durement que les autres femmes un véritable attachement pour le séducteur.
Elle sera d'ailleurs vexée du premier mariage de Duroy, et sera la seule à lui résister par la suite.

M. Walter.

Patron de La Vie Française, journal assoiffé de puissance politique et d'argent facilement gagné. Toutes les occasions sont bonnes pour faire de juteuses affaires. Obsédé par l'argent et le profit, il peut se montrer plus vaniteux que ses modèles, les directeurs du Gaulois et du Gil Blas.
M. Walter est un malin qui "roule tout le monde" , un gredin qui a le mérite d'accepter, en Bel-Ami, un gredin plus fort que lui: "C'est un homme d'avenir. Il sera député et ministre".
Bel-Ami devient envieux et jaloux de son directeur, suite à une affaire qui lui rapportat plusieurs millions. Il se mit à le haïr, et sa soif de puissance, de gloire et d'argent, ne fit que croître.
Virginie Walter.

Madame Walter est une proie facile pour Bel-Ami qui entend bien s'offrir la femme du patron malgré sa réputation de femme honnête qu'on ne "chasse" pas. Elle se trouve sur le chemin de Duroy et sera la maîtresse acharnée, maladroite, fatiguante et cependant sincère dans sa souffrance de femme trompée.
Meurtrie, déchirée, aux bornes de la démence, elle ne pourra parer les coups qui tentent de l'anéantir quand Bel-Ami a décidé de se marier avec sa fille: elle n'échappe pas à une démesure où le ridicule se fait grinçant. La passion ici sombre dans tous les excès qui dévalorisent un sentiment aux yeux d'un homme fort et sans scrupules.
Madame Walter, déjà secrètement amoureuse de Duroy, fera de lui, petit reporter, un redoutable chef des Echos.

Suzanne Walter.

Adolescente romanesque, victime désignée de l'arriviste, qui épousera (en second mariage) Georges Duroy.
La vie bourgeoise l'a enfermée dans ses rêveries, dans ses poétiques fictions vécues comme d'heureux mensonges. C'est une jeune fille au cœur tout neuf, sans défense, avec sa fantaisie et sa fragilité.

Norbert de Varenne.

Vieux poète qui transmettra sa hantise de la mort. Cette hantise refera maintes fois surface tout au long de l'histoire. A noter que Maupassant était lui-même animé d'une certaine hantise de la mort.



Top - A Propos de ce site - Vie privée - Droits d'auteur - Librairie - Liens - Contributions - Contact - Livre D'or