Guy de Maupassant
Guy de MaupassantDe la pub ?
Guy de MaupassantPage d'accueilRecherchez un document sur ce site ou un message dans le forumPosez vos questions sur le forum !
Guy de Maupassant
  Biographies
  Citations

  Axes de lecture
  Résumés
  Lect. méthodiques
  Critiques de Bel-Ami
  Les descriptions
  Les thèmes
  Quizz (QCM)

  Librairie
  Galeries

  Livre D'or
  Liens
  Pour ton portable
  Logos couleur
  Sonneries poly
  Logos NB
  Sonneries mono



Rechercher dans le siteImprimer ?Ajouter aux favorisPrécédentSuivant



Bel-Ami & le journalisme.

 
1 - Découverte et entrée dans un nouveau monde : le journalisme

  • C'est en se promenant un soir d'été dans les quartiers populaires de Paris qu'il fait la rencontre de Forestier, un de ses anciens camardes du temps où il était hussard. Forestier, s'étant renseigné de la situation sociale de Georges Duroy, lui propose de professer dans le journalisme : «Pourquoi n'essaierais-tu pas du journalisme ?»

  • Il le pousse même à accepter cette offre : «Moi, je pourrais t'employer à aller me chercher des renseignements, à faire des démarches et des visites. ... Veux-tu que j'en parle au directeur ?»

  • De part les études qu'il avait effectuées Georges Duroy n'était pas fait pour devenir journaliste. A la question de Forestier «Es-tu bachelier ?», la réponse de Georges Duroy est «Non, j'ai échoué deux fois».Le métier de journaliste ne devait pas être sa vocation...

  • - Un entretien d'embauche facilité  

  • Forestier facilite l'entretien d'embauche en invitant son camarde Duroy à dîner chez lui, sachant qu'il y aura la présence de M. Walter, le patron de La vie Française, et des personnes importantes du journal.

  • «Alors, fais une chose, viens dîner chez moi demain ; J'ai cinq ou six personnes seulement, le patron, M. Walter, sa femme, Jacques Rival et Norbert de Varenne, que tu viens de voir, plus une amie de Mme Forestier. Est-ce entendu ?».

  • L'entretien est favorisé par la convivialité que l'on retrouve autour de la table où l'on parle de sujets d'actualité dont la colonisation de l'Algérie, sujet qui convient parfaitement à Duroy : «Duroy avait visité deux fois le Mzab, et il raconta les mœurs de singulier pays», ce qui semble intéresser Walter : «Vous feriez avec vos souvenirs une charmante série d'articles».

  • Lors de ce repas, Forestier pousse son patron à embaucher son camarade Duroy en lui rappelant la demande d'embauche faite dans l'après-midi : «Mon cher patron, je vous ai parlé tantôt de M. Georges Duroy, en vous demandant de me l'adjoindre pour le service des informations politiques». M. Walter accepte la demande et propose même une série d'articles sur l'Algérie et la colonisation : «Il est certain que M. Duroy a un esprit original. S'il veut bien venir causer avec moi, demain à trois heures, nous arrangerons ça. ... Faites-nous tout de suite une petite série fantaisiste sur l'Algérie. Vous raconterez vos souvenirs, et vous mêlerez à ça la question de la colonisation».

  • - Intérêt de Georges Duroy pour le journalisme  

  • Forestier facilite l'entretien d'embauche en invitant son camarde Duroy à dîner chez lui, sachant qu'il y aura la présence de M. Walter, le patron de La vie Française, et des personnes importantes du journal.

  • «Alors, fais une chose, viens dîner chez moi demain ; J'ai cinq ou six personnes seulement, le patron, M. Walter, sa femme, Jacques Rival et Norbert de Varenne, que tu viens de voir, plus une amie de Mme Forestier. Est-ce entendu ?».

  • L'entretien est favorisé par la convivialité que l'on retrouve autour de la table où l'on parle de sujets d'actualité dont la colonisation de l'Algérie, sujet qui convient parfaitement à Duroy : «Duroy avait visité deux fois le Mzab, et il raconta les mœurs de singulier pays», ce qui semble intéresser Walter : «Vous feriez avec vos souvenirs une charmante série d'articles».

  • Lors de ce repas, Forestier pousse son patron à embaucher son camarade Duroy en lui rappelant la demande d'embauche faite dans l'après-midi : «Mon cher patron, je vous ai parlé tantôt de M. Georges Duroy, en vous demandant de me l'adjoindre pour le service des informations politiques». M. Walter accepte la demande et propose même une série d'articles sur l'Algérie et la colonisation : «Il est certain que M. Duroy a un esprit original. S'il veut bien venir causer avec moi, demain à trois heures, nous arrangerons ça. ... Faites-nous tout de suite une petite série fantaisiste sur l'Algérie. Vous raconterez vos souvenirs, et vous mêlerez à ça la question de la colonisation».

  • Samuel

    Plan
      

    Top - A Propos de ce site - Vie privée - Droits d'auteur - Librairie - Liens - Contributions - Contact - Livre D'or