La sexualité pendant la grossesse

 

Image2.gif (1651 octets) Retour au Menu Carrefour Naissance :"articles de réflexion"

 

 

 

 

Extrait du mémoire présenté par Anne Costiau. En vue de l’obtention du diplôme de Sage-Femme. Sélection du Grand Prix Evian 1995. " Les Dossiers de l’Obstétrique " n° 240 , juin 1996

" ... Bien que n’ayant pas eu de problèmes de sexualité pendant mes deux grossesses, je trouve dommage à posteriori que cet aspect n’ait jamais été évoqué lors des consultations médicales mensuelles. La réticence d’en parler vient aussi bien des médecins que des femmes consultantes. C’est dommage ... "

La sexualité pendant la grossesse est un sujet encore empreint de nombreux tabous, malgré une vulgarisation médiatique accrue depuis quelques années ; c’est sûrement l’aspect de la sexualité qui a subi le plus d’interdits tant sur le plan social, familial et religieux que sur le plan médical : en effet, jusqu’à ces 15 dernières années, il n’en était que peu, voire pas fait mention dans les livres d’obstétrique classiques. Puis sont apparus les travaux de Master & Johnson aux USA, de Pasini en Suisse, de Schebat et Vellay en France.

" La plus grande acquisition du xx ème siècle a été de mettre l’accent sur la sexualité par rapport au plaisir, et la sexualité par rapport à la reproduction. La plupart des civilisations ont restreint ou interdit l’acte sexuel au cours de la grossesse et du post-partum. "

Selon des enquêtes menées auprès de femmes : L’importance de l’échographie. L’importance des premiers mouvements fœtaux.

 Les éléments inhibiteurs de la sexualité :

1- un défaut de connaissance de l’anatomie génitale féminine et gravidique, qui engendre des craintes irrationnelles : 25% des femmes et 30% des hommes craignent de blesser le fœtus ; 37% des hommes craignent de blesser leur femme.

2- Une gêne devant la place que prend l’enfant, tant par ses mouvements actifs, que par le volume abdominal (47% des femmes).

3- un défaut d’information sur la sexualité et ses modifications pendant la grossesse.

 L’activité sexuelle du couple

La fréquence des rapports sexuels diminue de façon progressive, à partir du 4 ème mois jusqu’au terme. On note en même temps une diminution de le durée des rapports, avec une baisse du désir sexuel pour 70% des femmes.

74% des femmes interrogées rapportent une diminution de la qualité des rapports au cours de la grossesse.

Les positions coïtales habituelles sont modifiées pour 61% des couples : la position du missionnaire (100% des couples avant la grossesse) est abandonnée au profit des positions sur le côté (80%) voire aussi des positions chevauchantes.

Les activités sexuelles de remplacement sont de deux types : les caresses mutuelles corporelles, sexuelles ou intra-vaginales, qui permettent une poursuite du dialogue sexuel autrement que par le coït, et les substituts amoureux.

 Complications de la grossesse

Il faut connaître la possibilité d’une hypercontractibilité, après le rapport sexuel (30%) ou après l’orgasme (25%), sans gravité pour une grossesse eutocique. Très rarement (3%), la survenue de saignements après le rapport, en raison d’une irritabilité du col de l’utérus accrue en fin de grossesse.

Ces deux éléments sont sans gravité chez une femme en bonne santé et ne nécessitent pas une consultation obstétricale.

 Les réelles contre-indications :

1- la menace d’accouchement prématuré

2- le placenta praevia

3- la rupture prématurée des membranes (risque infectieux)

Les incidences non statistiquement prouvées ou controversées :

Pour toutes les autres pathologies, l’incidence des rapports sexuels sur la survenue de celles-ci n’a pu être prouvé :

1- le coït ne déclenche pas une menace d’accouchement prématuré chez une femme en bonne santé

2- Le coït n’est pas responsable de la souffrance fœtale.

3- Ni le coït, ni la prostaglandine séminale n’ont à ce jour de répercussion sur l’état des membranes, s’il n’y a pas d’infection pré-existente in-utéro

4- il n’existe pas d’association significative entre le déclenchement du travail et la date du dernier rapport sexuel (Goodlin)

L’auteur signale l’importance de l’information. Il est important d’intégrer les pères aux cours de préparation : 83% ont un dialogue avec leur conjointe au sujet de leur sexualité pendant la grossesse, et 32% cherchent en couple une solution à leurs " difficultés ", sans consultation d’un tiers.

Plus de la moitié des femmes de l’étude est demandeuse d’une information supplémentaire à propos des interactions sexualité du couple - grossesse en général, sur les positions et les techniques amoureuses pendant la grossesse.


L'amour en attendant …

Informations sur la sexualité pendant la grossesse

Note de la rédaction du site Carrefour Naissance : les passages entre [ ] et italique sont des remarques ajoutés par notre rédaction.. D'une manière générale, nous demandons au lecteur de bien vouloir ne pas entendre les généralités un peu hâtives du texte, et de les nuancer, comme nous avons essayé de le faire (**). Certains paradoxes sont présents dans le texte, ils sont, probablement, le reflet d'un enseignement scolaire encore non digéré, et un manque d'expériences personnelles de l'auteure, ou d'un excès d'idéalisme, ... Malgré les nombreuses remarques que nous formulons vis-à-vis de ce travail, il est utile de souligner qu'il tend à combler un vide important. C'est pourquoi nous l'avons repris sur notre site. (Voir d'autres remarques plus précises à la fin du texte)

La sexualité pendant la grossesse est, aujourd'hui encore, un sujet tabou, délicat dont on ne parle que très peu : nous proposons aux futurs parents cette documentation explicative afin de le banaliser. La grossesse est une aventure unique pour chaque couple et chacun vit ce "voyage" long de neuf mois selon ses convictions et son imagination. Ce dépliant vous donnera des réponses simples aux multiples questions qui restent trop souvent tues.

Les modifications anatomiques

Les seins

  • Augmentent de volume
  • Deviennent souvent plus durs et plus lourds [d'une grossesse à l'autre, leurs modifications peuvent variées]
  • L'aréole s'élargit, se fonce
  • Le réseau veineux [peut] apparaître à la surface de la peau
  • Leur sensibilité augmente

L'utérus

Est un "muscle magique" qui grossit tout au long de la grossesse pour atteindre parfois 30 fois son volume initial. A terme, il peut mesurer 33 cm au lieu de 8 cm… En se dilatant, il comprime les organes voisins (vessie, intestins, estomac …) provoquant les [ / certains] petits maux de la grossesse : envie fréquente d'uriner, reflux [gastriques] acides, constipations ou diarrhée, …, désagréments que la [ / certaines] femme enceinte connaît bien.

[nous savons, aujourd'hui, que l'augmentation du volume de l'utérus n'est pas due à l'augmentation du fœtus, mais bien aux contractions qu'il connaît tout au long de la grossesse. Contractions non nécessairement perçues par la femme enceinte]

Le vagin

Il se rétrécit du fait de l'afflux de sang : cela permet pendant les rapports sexuels une meilleure sensation du sexe du partenaire.

La vulve

  • Les petites lèvres peuvent devenir violacées
  • Le clitoris augmente de volume
  • Les pertes blanches augmentent en début et en fin de grossesse

En général

De nombreuses modifications surprenantes sont observées au niveau du corps : la peau, les cheveux, [les ongles], l'intestin, l'odorat, le goût, la vessie[, …]

Evolution de la sexualité au cours de la grossesse

Premier trimestre : le temps de la sexualité

De la conception à 2 mois ½ environ, la femme enceinte vit de profond changements tant dans sa tête que dans son corps.

Manifestations physiques

De petits signes pas toujours bien vécus marquent le début de la grossesse : nausées, vomissements, tension des seins, constipation, fatigue, essoufflement, somnolence, pouvant entraîner des baisses du désir. Mais, rien n'est systématique. Les femmes préfèrent la tendresse et les câlins à l'acte sexuel [coït] et on observe, en général, une diminution d'environ 20% des rapports les trois premiers mois. Le conjoint devrait, en réponse aux désirs de sa femme, se montrer tendre et rassurant.

[Nous laissons à l'auteur de la brochure le choix de ses mots, ainsi que ses généralités un peu hâtives : "Les femmes préfèrent", "les conjoints devraient". Encourageons, peut-être, chaque femme a s'exprimer, au moment même, ainsi que leur partenaires, sur leurs désirs, et sur leurs envies de les assouvir ou non, à l'instant ou plus tard ! Nous nous demandons, en outre, ce que peut signifier "être rassurant" !?]

Transformations psychiques

Même si aucune transformation physique n'est visible, le corps porte une vie nouvelle sur laquelle la future mère [peut] focalise[r]. A la fois fascinée et angoissée, la libido de la femme passe pour certaines au second plan. Pour d'autres futures mamans, rien ne change : le bébé encore immobile reste une idée ; ainsi leur sexualité reste inchangée.

Deuxième trimestre : l'amour comme avant

Au deuxième trimestre, la libido est [peut être] intensifiée pour différentes raisons.

Manifestations physiques

  • Nausées et fatigues se sont envolées
  • Le ventre s'est arrondi, mais pas gênant, permettant une vie sexuelle intensive et harmonieuse
  • La peau est de velours, la chevelure superbe, les seins glorieux
  • Le taux d'hormones féminines augmentent considérablement
  • Au niveau du vagin, l'afflux de sang dans les veines pelviennes entraîne un engorgement du bas ventre provoquant une congestion permanente du sexe, la lubrification vaginale est importante
  • Ainsi, certaines femmes découvriront [peut-être] leur premier orgasme à ce moment-là
  • Le partenaire peut-être intimidé par les légers changements physiques mais le regain de vitalité et l'enthousiasme de la future mère le bouleverse. [L'auteur de la brochure semble oublier que le partenaire, futur père peut connaître, lui aussi des changements psychiques, non concordant avec ceux de la femme, voire justement se mettant en opposition avec ceux-ci.]

Transformations psychiques

La futures mère s'affirme en tant que FEMME et l'intensification de sa sexualité, à cette période, la rassure sur son statut et son pouvoir de séduction. (**)

Quand le bébé commence à s'imposer

Aux environs du 4ème mois, le bébé bouge ; le couple accepte à deux l'idée d'un nouvel être (**).

Il faut savoir

  • L'orgasme ne dérange pas le bébé [aucune étude n'a démontré un impact négatif de l'orgasme au niveau du fœtus]. S'il bouge pendant les rapports, c'est à cause de l'afflux et du reflux de sang dans la région pelvienne. [Une autre théorie est que les influx chimiques produits par le plaisir sexuel de la femme agissent sur l'organisme du fœtus.]
  • Ne pas confondre spasmes orgasmiques avec les contractions utérines. [Toutefois, les unes entraînent fréquemment les autres. Mais comme nous l'avons déjà précisé, l'utérus est un muscle qui se contracte naturellement fréquemment (c'est ce qui lui permet d'augmenter de volume). En dehors de tout risque de prématurité, ces contractions ne sont donc pas néfastes.]

Grossesse et entente du couple

La grossesse rime souvent avec entente érotique plus forte, mais elle peut être révélatrice de certains problèmes relationnels ou sexuels : confiez-vous l'un à l'autre, ou osez en parler à votre sage-femme ou médecin qui vous suit !

La femme : Elle est souvent fière de son gros ventre, se sent forte et a l'impression de dominer le monde (**).

L'homme (**) : soit il ne voit plus le corps de sa compagne comme un objet de désir, soit il n'ose exalter ses fantasmes craignant des conséquences néfastes pour la suite de la grossesse. Il peut se sentir frustré, isolé puisque sa compagne vit seule physiquement, une aventure commencée à deux. Où le partenaire se situe-t-il : comme époux, amant, ou père ? Les futurs parents doivent se faire plaisir et par les relations sexuelles et par la complicité : le dialogue permet de conserver une entente harmonieuse. L'enfant dans le ventre doit apparaître comme une preuve d'amour, un lien supplémentaire, un nouveau centre d'espoir et d'intérêts communs.

Attendre un enfant à deux, c'est magique et gratifiant

Troisième trimestre : un désir inconstant

Lors du dernier trimestre, la future maman voit ses désirs s'émousser et on observe souvent une diminution des rapports sexuels.

Trois mois parsemés d'inquiétudes

Au niveau physique, les signes sont nombreux et pesants : jambes lourdes, lumbagos, fatigue, hémorroïdes, brûlures d'estomac, ventre imposant rendent les femmes fragiles, voire déprimées. Les couples ont souvent peur de déclencher l'accouchement par les rapports sexuels. Plus on s'approche du jour J, plus la future mère appréhende la douleur et plus son désir sera inhibé et sa capacité orgasmique bloquée.

La tendresse prime

Le ventre de plus en plus imposant [peut, dans certaines positions] rend[re] l'acte sexuel acrobatique. Mais le dialogue permet un échange amoureux : favorisez les gestes tendres, les baisers, les câlins, les caresses, les massages, … Chaque membre du couple doit se montrer compréhensif et sécurisant [voir remarque plus haut] ! Dialogue et tendresse permettent de traverser avec bonheur cette période de gestation si riche en émotions contradictoires …

Positions et astuces

Même si ces quelques conseils n'égaleront jamais l'imagination débordante de chaque couple, voici par des illustrations la réponse à une question qui reste souvent non formulée, mais qui préoccupe beaucoup les futurs parents.

Quelles sont les positions compatibles avec un gros ventre ?

Tant que le ventre n'est pas imposant, toutes les positions sont possibles, à conditions que le futur papa ne fasse pas reposer tout son poids sur le ventre de sa partenaire.

Quand vous pensez que le ventre peut gêner les rapports sexuels.

[Nous ne sommes pas particulièrement partisans de ce type de dessins. Leur description, par contre, ouvre d'avantage l'imagination. L'homme est situé derrière la femme :
tous deux sont couchés sur le même côté ; tous deux sont à genoux ; tous deux sont debouts ; l'homme est couché sur le dos, la femme est assise sur lui (à genoux, accroupie, …) ; …
La femme et l'homme se font face : tous deux sont assis (la femme est assise sur les cuisses de l'homme) ; la femme est couchée sur le dos (jambes étendues ou levées, tendues ou fléchies), l'homme est redressé "en cobra", l'homme est à genoux, …
L'homme et la femme se placent perpendiculairement l'un par rapport à l'autre : leurs jambes se croisent ou non. La femme peut être couchée sur le dos, sur le côté, …
N'oublions pas que le mobilier peut servir d'appui … !]

Nous ne nous permettrons pas de commenter ces positions, qui comportent, comme chacun sait, de nombreuses variantes. Sachez qu'elles "libèrent" le ventre et n'entraînent pas une pénétration trop profonde. [Il n'y a aucun problème à une pénétration profonde, si ce n'est l'inconfort ou les douleurs que peut ressentir la femme ou l'homme, et, si ce n'est leurs craintes (non fondées) de blesser la femme ou le bébé.] Nous laissons libre cours à votre imagination et n'oubliez pas que tous les substituts de l'amour [nous pensons qu'il n'existe pas de "substituts de l'amour" : chaque geste fait partie intégrante de l'amour] sont autorisés [ !? ] dans la mesure où ils respectent l'intimité, le désir et l'envie de chacun !

Contre-indications aux rapports sexuels

Les rapports sexuels peuvent avoir lieu jusqu'au jour de l'accouchement, cependant il existe certaines contre-indications :

  • Antécédents de naissances prématurées [dont la/les cause/s ou signes sont à nouveau présents]
  • Menace d'accouchement prématuré
  • Rupture précoce des membranes
  • Ecoulement sanguin inexpliqué
  • Placenta bas inséré
  • Grossesse multiple [si des signes de menace d'accouchement prématuré sont présents]

N'ayez pas de craintes, si les rapports sexuels vous sont interdits [coïts déconseillés], votre médecin / sage-femme vous en informera. Si vous-même avez un doute, n'hésitez pas à faire part de vos préoccupations aux personnes qualifiées qui suivent [accompagnent] votre grossesse.

Médecins et sages-femmes ne sont pas là pour juger, mais pour renseigner, vous permettant de vivre une grossesse épanouie.

A retenir

  • Les rapports n'entraînent pas de fausses couches, celles-ci étant généralement dues à une anomalie de formation de l'œuf.
  • Le sexe de l'homme ne peut pas entrer en contact avec le bébé : celui-ci ne peut être touché, écrasé, blessé.
  • Inversement, le futur père ne risque absolument pas de se faire "mordre" par son enfant.

[Ces deux dernières phrases sont malheureuses dans ce texte. S'il est vrai que certains hommes ont évoqué de telles craintes, chacun sait combien elles sont absurdes. Il ne faudrait pas prendre les hommes pour des c… Ces craintes sont l'expression du malaise de certains hommes. Il est profond. Et doit pouvoir être entendu quelque soit son mode d'expression !]

  • L'orgasme peut provoquer une contraction de l'utérus mais cette dernière ne provoquera pas l'accouchement.
  • Lors des relations sexuelles, l'enfant est stimulé. Il bouge, réagit à l'amour de ses parents et se sent comme dans un bain bouillonnant.
  • Le bébé est sensible aux caresses sur le ventre de sa mère.
  • Même si les acrobaties ne vous conviennent plus, n'oubliez pas la tendresse et le dialogue.
  • Si au cours d'un rapport sexuel, il vous arrive de saigner, consultez sans peur et sans honte.

Et si un conseil pratique vous permettait de vivre une grossesse heureuse, sereine et harmonieuse ?
Les médecins / sages-femmes sont des personnes qualifiées pour répondre à toutes vos interrogations, alors n'hésitez pas !

En conclusion

Il est conseillé de continuer à faire l'amour pour le bonheur des deux partenaires et la bonne santé du couple.

Maintenir une activité sexuelle pendant la grossesse apporte un sentiment de sécurité et renforce le lien affectif entre les conjoints car il faut savoir qu'il persiste souvent chez la femme enceinte un désir très intense de démonstrations d'amour.

Les rapports amoureux permettent un enrichissement global pour les relations futures après l'accouchement.

Que ce soit pendant la grossesse ou après l'accouchement, le couple doit se sentir libre de poursuivre ou d'interrompre les relations sexuelles d'un commun accord, sachant que de nombreux facteurs extérieurs (souvent méconnus des médecins / sages-femmes), interviennent dans les relations entre deux puis trois êtres.

Futurs parents, que cette brochure contribue à vous faire vivre une grossesse heureuse, épanouie et sans tabous !

Dépliant conçu et présenté par Katy-Line Ruol, élève sage-femme 4ème année en finalité de son mémoire portant sur "le manque d'informations sur les rapports sexuels pendant la grossesse".

Remarques :

Cette future sage-femme renvoie régulièrement le lecteur et la lectrice vers les médecins / sages-femmes. Il y a lieu de ne pas croire que tous les médecins et tou(te)s les sages-femmes soient au clair avec la sexualité. Par rapport à la leur, mais aussi par rapport à celle des couples enceints.  La sexualité durant la grossesse peut contribuer à ce quelle soit heureuse, mais rien ne l'assure !]

 

Retour au Menu Carrefour Naissance : "articles de réflexion