Des enfants sains ... même sans médecin (Dr R. Mendelsohn) : 

 

Chapitre 12

 

LES OTITES : douloureuses, mais rarement dangereuses

Retour à la table des matières

Chapitre précédent     Chapitre suivant

Les otites figurent parmi les maladies les plus douloureuses de l'enfance. Votre enfant risque de souffrir énormément et vous souffrirez vous aussi de votre d'impuissance et de votre crainte d'une surdité ou d'autres conséquences de l'infection.

Selon des statistiques, l'otite moyenne est responsable de 8% des consultations pédiatriques et constitue 17% des infections diagnostiquées.  Ne croyez pas pour autant que 17% des infections sont des otites. Il s'agit probablement de la maladie d'enfance la plus souvent diagnostiquée et traitée à tort.

La plupart des parents appellent immédiatement le médecin quand leur enfant a mal à l'oreille, même ceux qui, d'habitude, ne se précipitent pas pour consulter.  La raison de cet appel au médecin est la douleur aiguë endurée par l'enfant ou la crainte qu'elle ne devienne rapidement insupportable.  De plus, beaucoup de parents pensent - à tort - que les otites peuvent entraîner chez leurs enfants µune surdité ou une mastoïdite, relique effrayante du passé médical.

Mon propos n'est pas de critiquer ces parents, car ce sont les médecins qui leur ont inculqué ces craintes.  En outre, les pédiatres diagnostiquent très souvent des otites où il n'y en a pas. Il est vrai que votre enfant peut souffrir d'un défaut temporaire de l'ouïe à la suite d'otites à répétition pendant les mois d'hiver. Si c'est le cas, ne vous faites aucun souci, car son ouïe réapparaîtra au printemps, avec les tulipes.  En plus de 25 ans de pédiatrie, je n'ai jamais vu de cas de surdité permanente consécutive à une otite.  Que l'infection soit traitée ou non, je n'ai jamais vu non plus de mastoïdite, affection assez répandue chez les enfants de ma génération, mais qui a mystérieusement disparue.

Dans la plupart des cas, la douleur de l'oreille est causée par la pression qui se développe lorsque quelque chose gêne le drainage de l'oreille par les trompes d'Eustache. C'est en général une infection. Des infections bactériennes et virales peuvent également se produire dans le canal auditif (otite externe), dans l'oreille moyenne et dans l'oreille interne.  les infections de l'oreille interne sont  rares chez l'enfant; l'adulte, elles causent des vertiges, des étourdissements et des bruits dans les oreilles (tinnitus).

DOULEURS D'OREILLES DUES A DES CORPS ÉTRANGERS

La présence de corps étrangers dans l'oreille est une cause relativement fréquente de douleurs, soit directement, soit par l'infection qu'ils provoquent.  Les jeunes enfants adorent enfiler de petits objets dans leurs oreilles et, parfois, leurs narines. Ils font preuve dans ce domaine d'une inventivité étonnante. Au fil des années, j'ai trouvé dans les oreilles, des bouts de papier, de la ouate, des pilules variées, des bonbons, des fragments de céréales et même des agrafes et des épingles de sûreté.

Si votre enfant a un corps étranger dans l'oreille, amenez-le rapidement chez le médecin. Ces corps étrangers sortent rarement tout seuls et tenter de les enlever vous-même est dangereux. Si vous n'avez pas de raison de suspecter la présence d'un corps étranger, il n'est pas nécessaire de consulter un médecin pour un mal d'oreille, sauf s'il persiste plus de 48 heures.

Les allergies sont souvent en cause dans les infections d'oreille, notamment bactériennes. Le coupable le plus fréquent est le lait de vache sous forme naturelle ou en poudre. Le lait produit un gonflement des muqueuses qui empêche le drainage des sécrétions par les trompes d'Eustache; des infections peuvent donc se produire du fait de l'accumulation des sécrétions. L'allergie au lait est responsable de la fréquence des otites chez les bébés nourris au biberon, mais l'allergie à d'autres nourritures, à des poussières ou des pollens, etc., peut avoir les mêmes conséquences, de même que l'eau chlorée des piscines.

Les parents et les médecins peuvent causer des blessures du canal auditif externe et du tympan en essayant d'enlever le cérumen (sorte de cire produite par l'oreille). C'est rarement nécessaire et, s'il le faut, il existe des moyens sans danger de le faire. Si vous voulez éviter des problèmes, je vous suggère de suivre le conseil que je donne depuis des années aux parents: « Ne mettez jamais rien dans l'oreille de votre enfant qui soit plus petit que votre coude! »

Personne ne sait expliquer scientifiquement pourquoi certains enfants produisent davantage de cérumen que d'autres. Il existe également des différences de quantité, de consistance et de couleur du cérumen selon les races. Un bouchon de cérumen peut parfois avoir pour conséquence une diminution discrète et temporaire de l'audition, bien que cela soit rare chez les enfants.

La meilleure manière de nettoyer le cérumen est d'instiller quelques gouttes d'eau oxygénée dans l'oreille, deux fois par jour pendant deux ou trois jours. L'enfant se plaindra peut-être d'un bruit de bulles ou de ronflement, mais il n'aura pas mal. Laissez l'eau oxygénée dans l'oreille pendant quelques minutes, puis rincez l'oreille en faisant gicler doucement de l'eau à l'aide d'une serIngue.

POURQUOI IL EST DANGEREUX D'ENLEVER LE CÉRUMEN

Je vous déconseille et je déconseille à votre médecin, d'utiliser quelque instrument que ce soit pour nettoyer le cérumen, même un coton-tige. La plupart des parents ne résistent pas à la tentation, pourtant cet acte est dangereux et inutile pour plusieurs raisons:

1. Vous entrez dans un conduit au fond duquel se trouve une membrane délicate et vous ne savez pas à quelle profondeur vous pouvez aller.

2. La paroi de l'oreille externe est une structure délicate, pleine de glandes et de cils chargés de protéger l'oreille. Les glandes sécrètent du mucus et des huiles. Cette paroi est si délicate que la toucher, même avec un coton très souple, équivaut à traverser une pelouse avec un tank!

3. L'oreille a ses propres mécanismes pour faire sortir les corps étrangers. Vous gênez ces mécanismes quand vous tentez de nettoyer l'oreille avec un coton-tige, car vous risquez de repousser la cire et les impuretés dans le canal et d'induire la formation d'un bouchon. Vous pouvez également blesser le canal ou le tympan lui-même. 

Votre pédiatre devrait également vous déconseiller des instruments pour nettoyer le cérumen. Il vous dira qu'il doit le faire lui-même afin de pouvoir voir le tympan et juger s'il existe une infection. Sa raison n'est pas valable, car si l'instrument glisse ou si l'enfant se débat et fait un geste brusque de la tête, le tympan est vite perforé ! Cette blessure se cicatrisera, entraînera une petite perte de l'audition. 

Il arrive qu'un enfant blesse son tympan en enfilant dans son oreille un objet pointu, comme un crayon. Le tympan se guérit pratiquement toujours spontanément sans aucun traitement. Il est pourtant sage de voir un spécialiste si cela arrive. Il existe des cas - très rares - où un traitement chirurgical est indiqué. Interrogez sérieusement votre médecin avant d'accepter un traitement chirurgical, ou même antibiotique, pour une blessure de ce type. 

MAUX D'OREILLES CAUSÉS PAR LES CHANGEMENTS DE PRESSION ATMOSPHÉRIQUE

Une autre cause occasionnelle de maux d'oreilles est constituée par les changements de pression atmosphérique, lorsque votre enfant prend un avion ou un ascenseur. Ces changements de pression peuvent provoquer des douleurs et des pertes temporaires de l'ouïe, ce que vous avez sans doute observé lors de vos voyages en avion.  les symptômes disparaissent quand les pressions internes et externes se rééquilibrent.  Mais si ce n'est pas le cas, le blocage de la trompe d'Eustache peut faciliter une infection.  Les adultes et les grands enfants peuvent équilibrer les pressions en avalant, en bâillant, en mâchant du chewing-gum ou en tentant d'expulser l'aire par le nez, en pinçant les narines, bouche fermée.  Quant aux bébés, il est recommandé de leur donner à téter au moment des décollages et des atterrissages.  On peut donner aux petits enfants quelque chose à mâcher ou à avaler.

COMMENT LA PLUPART DES MÉDECINS TRAITENT-ILS LES MAUX D'OREILLES ?  

Au cours de mes études, mes professeurs m'ont solennellement averti que les otites non traitées pouvaient être suivies de surdité.  Pendant longtemps, j'ai transmis tout aussi solennellement cette information à mes patients et leur ai généreusement distribué antibiotiques, décongestionnants et antihistaminiques.  Plus tard, lorsque ce fut la mode, j'ai très consciencieusement placé à travers les tympans de mes patients de petits tubes de plastique pour faciliter le drainage.

Au fil des années, je me suis rendu compte que bien des patients, peut-être la majorité, ne prenaient pas les antibiotiques pendant le nombre de jours recommandé et que beaucoup n'allaient même pas chercher le médicamentsµ à la pharmacie.  Ni les médecins, ni l'industrie pharmaceutiqueµ n'apprécient ces "insoumis".  Le fait que les patients insoumis guérissaient de leurs infections aussi bien que les autres - et qu'aucun d'entre eux ne devenait sourd - me troubla encore plus !

Je me consolai d'abord avec la phrase classique que les médecins doivent dire dans les cas où leurs patients se guérissent sans suivre leurs conseils: « Vous avez tout simplement eu de la chance. » Mais, bientôt, trop de malades guérissant sans traitement, l'argument de la chance cessa de me satisfaire.

Ainsi ma confiance dans les antibiotiques s'envola et j'arrêtai de les prescrire, sans que mes patients s'en portent plus mal. Je perdis bientôt également ma foi dans les tubes de plastique. Beaucoup de mères les refusaient et de nombreux tubes que je plaçais se détachaient rapidement. Les patients ayant perdu leur petit tube de plastique se portaient tout aussi bien que ceux qui le conservaient pendant la période préconisée. Mes tubes de tympanostomie rejoignirent les antibiotiques dans l'armoire où je cache les remèdes et les instruments conçus pour le bénéfice des médecins et des industriels plutôt que pour celui des patients.

Je ne recommande plus aujourd'hui ni antibiotiques, ni décongestionnants, ni antihistaminiques aux patients souffrant d'otite. Je m'oppose aux tympanostomies de manière active et c'est ce que j'enseigne à mes étudiants. Leurs patients ne perdent pas l'ouïe à la suite d'une otite et les miens non plus.

Nous sommes malheureusement une minorité. Les autres pédiatres continuent sur la voie qui est toute tracée. Lorsque votre enfant a mal à l'oreille et que vous l'amenez chez le médecin, voici le scénario habituel: l'infirmière prend sa température, puis le médecin, généralement pressé, demande de quoi il s'agit et l'examine rapidement; il regarde sa gorge, écoute le cœur et les poumons, puis utilise son otoscope pour observer le canal auditif externe, qui peut être enflammé, et le tympan lui-même. S'il existe une infection derrière le tympan, le médecin ne pourra pas la voir directement, mais posera son diagnostic sur l'aspect du tympan lui-même.

Le tympan est d'habitude blanc nacré. Lorsqu'une otite moyenne est présente, il se colore en rouge. Le médecin verra donc soit du blanc, soit du rouge, soit toutes les nuances de rose entre ces deux couleurs. Si le tympan est rouge foncé, le médecin vous dira probablement que l'infection est grave et vous donnera une prescription d'Ampicilline à prendre trois fois par jour pendant dix jours. Si la teinte est rose ou rouge pâle, il diagnostiquera probablement une otite moins grave et prescrira néanmoins le même traitement.

Ce médecin commet deux erreurs. Que le tympan soit rose, ou même rouge pâle, ne signifie pas que votre enfant a une otite moyenne. Un changement de couleur peut se produire quand l'enfant crie, pleure, a de la fièvre pour une cause étrangère à l'oreille, ou même par suite d'une allergie. La simple observation d'un tympan rose ou rouge ne conduit pas à un diagnostic certain d'otite et le même tympan peut avoir un aspect normal si on l'examine une heure plus tard.

La seconde erreur est d'utiliser les antibiotiques, que le tympan soit rose, rouge foncé ou même bleu roi! Le seul cas où l'utilisation d'antibiotiques peut se justifier à la rigueur est l'écoulement de pus dans l'oreille, ce qui se produit dans moins d'1 % des otites. Même alors, je ne suis pas convaincu que l'antibiothérapie soit justifiée.

Une série d'études a révélé que l'utilisation des antibiotiques pour le traitement des infections n'a aucune incidence sur les conséquences graves comme la surdité, la diffusion de l'infection, ou la mastoïdite. Les antibiotiques peuvent atténuer légèrement la durée de la douleur et de l'infection, mais réduiront également la réponse naturelle du corps à l'infection. Vous raccourcissez donc quelque peu l'infection de votre enfant, mais augmentez ses risques de se réinfecter après quatre ou six semaines.

L'étude plus récente à ma connaissance donne résultats d'une expérience en double aveugle, aux Pays-Bas, portant sur 171 enfants dont la moitié seulement, ont été traités avec des antibiotiques. Il n'y eut aucune significative dans le cours entre le groupe traité et le groupe non traité. 

Certains de mes collègues condamnent ma position au sujet des antibiotiques. m'accusent parfois mettre en danger des vies d'enfants.  Mes raisons sont irréfutables ou, en tous cas, n'ont jamais été réfutées.

La majorité des otites enfantines ne sont traitées par les médecins. Parmi les cas traités, l'obervance du traitement est incroyablement faible.  L'hôpital pour enfants de Buffalo (New York) a fait une étude sur 300 enfants ayant reçu une ordonnance d'antibiotiques pour une otite. Moins de la moitié prit effectivement le dosage prescrit et et 22 enfants seulement se soumirent entièrement aux consignes.  La majorité des enfants traités le sont d'une manière efficace. Si les antibiotiques étaient réellement nécessaires pour prévenir la surdité, la plupart des enfants de notre pays seraient sourds.

J'ai exposé ailleurs les dangers de l'utilisation intempestive des antibiotiques, ces dangers existent également dans le traitement des otites.

Depuis des années, les médecins ont prescrit sirops décongestionnants et des antihistaminiques dans le traitement otites. Les substances les plus souvent employées sont l'hydrochlorure de pseudo-éphédrine et le maléate de chlorphéniramine. Elles ont été données à des millions d'enfants souffrant d'otites et de rhumes. Depuis des années, la FDA a mis en doute leur valeur et mis en demeure de prouver leurs fabricants de prouver leur efficacité ou bien de les retirer du marché. Pourtant les médecins continuent à les prescrire. En 1983, la conclusion d'une étude de trois ans menée à l'université de Pittsburgh a révélé qu'aucun de ces médicaments n'était efficace le traitement des otites. Plus de 500 enfants participèrent à une expérimentation dans laquelle la moitié d'entre eux reçurent ces médicaments et l'autre moitié un les résultats furent identiques dans les deux groupes.

LA TYMPANOSTOMIE EST RAREMENT JUSTIFIÉE

Les pédiatres utilisent souvent la tympanostomie pour traiter des otites chroniques séreuses, c'est-à-dire dans lesquelles un liquide clair et non purulent se trouve dans l'oreille moyenne. Son but est de ménager un vide dans l'oreille moyenne afin de faciliter l'écoulement des fluides par les trompes d'Eustache.  (C'est le même principe qui consiste à faire un second trou dans une boîte de bière bière de à faciliter l'écoulement du liquide par le premier orifice.)

Le tympan est percé pour y insérer un tube de polyéthylène qui peut être laissé en place pendant semaines ou même des mois. Parfois le médecin l'enlève, parfois il tombe spontanément. La raison principale de cet acte est de prévenir la surdité; elle n'est pas valable.

On a montré que dans les cas où les oreilles étaient infectées et où un tube était placé dans l'une des deux, le résultat était identique pour les deux oreilles. La tympanostomie entraîne certains risques et des effets secondaires. Alors que son objectif est une prévention de la surdité, elle peut, en fait, conséquence des cicatrisations du tympan qui causent une perte d'audition. Un des effets secondaires de cette opération, dont le but est de guérir est - incroyable, mais vrai - l'otite aiguë !

QUE FAIRE AU MILIEU DE LA NUIT ?

Que pouvez-vous faire si votre enfant a mal à l'oreille au milieu de la nuit? D'abord, n'appelez pas votre médecin, même si la douleur est intense. Il n'existe aucun traitement immédiat que vous ne puissiez appliquer vous-même: un coussin chauffant; deux gouttes d'huile d'olive tiède dans l'oreille toutes les deux heures (On peut citer le remède homéopathique « miracle» des maux d'oreille aigus avant minuit: Aconit.) Donnez du whisky à l'enfant pour l'endormir (10 gouttes à un petit enfant et jusqu'à une demi cuillère à thé à un plus grand; on peut répéter la dose après une heure et éventuellement après deux heures si nécessaire); si les douleurs persistent, utilisez une dose d'acétaminophène proportionnelle au poids de votre enfant. Le but du traitement est de soulager les symptômes en laissant l'organisme se défendre de lui-même.

Si la douleur persiste après 48 heures, voyez votre médecin pour chercher si un traumatisme ou un corps étranger dans l'oreille n'en est pas la cause. Si ce n'est pas le cas et s'il n'existe aucun écoulement de pus, rentrez à la maison sans traitement et laissez la nature suivre son cours.

La plupart de mes collègues jugeront cette attitude contraire aux principes médicaux généralement acceptés. Je maintiens cependant (et je vous en ai donné les raisons) que les principes médicaux généralement acceptés sont trop agressifs et que mon approche est raisonnable. Des études scientifiques confirmées ont prouvé que le traitement conventionnel des otites ne réussit pas et peut être dangereux pour le patient. Je ne peux pas vous donner de preuves scientifiques que l'huile d'olive et le whisky guérissent les otites, mais mes patients vous diront qu'ils soulagent la douleur et je sais que ces substances ne peuvent pas faire de mal. Aucun de mes patients et aucun des patients de mes collègues ne devint sourd à la suite d'otite, mais certains des patients traités ont des problèmes d'audition résultant directement des traitements reçus.

Références de l'auteur spécifiques à ce chapitre

Retour à la table des matière

Chapitre précédent     Chapitre suivant