L'eau, source de vie et d'inspiration

 

De la source au consommateur, le parcours de l'eau

réalisé par Giacometti Anysia et Setila Mehdi, 6e.sciences-langues (2001-2002), sous la direction de R.Renier

Table des matières

 1.Introduction

 2.Le voyage de l'eau

 3.Les mille et un usages de l'eau

 4.La pollution de l'eau

 5.Le traitement

 6.Conclusion

 

 

1. Introduction.

L'eau, on ne s'en rend pas compte, est très importante.

Sans elle, nous ne saurions pas vivre.

Les 3/4 de notre corps en sont d'ailleurs constitués.

En plus, nous la buvons, nous cuisinons, nous entretenons la maison, ... Bref l'eau a toujours été une des préoccupations principales de l'homme.

L'eau est un bien précieux, c'est notre "or bleu".  Nous devons la protéger et la respecter.

Dans notre dossier, vous apprendrez tout le chemin de l'eau, ses mille et un usages, la pollution de l'eau et son traitement.

Ainsi, vous comprendrez que lorsque l'on ouvre le robinet; l'eau qui en sort a déjà beaucoup voyagé.  Allez tous à l'eau on se mouille....

2. Le voyage de l'eau

Sur terre, il y a beaucoup d'eau. Et, cette eau suit un chemin qui est toujours le même.

Elle ne s'arrête jamais.  Bien sûr , elle change beaucoup pendant son voyage.

C'est le cycle de l'eau.

 

a. Evaporation et évapotranspiration

Grâce au soleil, une partie de l'eau se transforme en vapeur et monte dans le ciel : c'est l'évaporation .  C'est aussi l'évapotranspiration lorsque une plante, un être rejette de l'eau.(ex.: la buée sur les vitres quand il fait froid)

Là-haut,  toute la vapeur d'eau se refroidit et forme les nuages.

  

b. Précipitations

Le nuage d'eau se déplace et grossit toujours plus jusqu'au moment où les gouttes sont trop lourdes.  Alors, elles retombent, ce sont les gouttes de pluies ou les flocons de neige.  Lorsque l'eau retombe des nuages, on appelle ce phénomène : précipitations.

 

c. Ruissellement

Quand l'eau tombe des fleurs, elle peut nourrir les arbres où les fleurs ou ruisseler vers les ruisseaux qui deviennent des rivières,  fleuves, lacs avant de retourner dans la mer.

  

d. Infiltration

Mais il y a aussi de l'eau qui s'infiltre dans le sol ; elle passe à travers la terre pour arriver dans les nappes souterraines (= nappes acquifères).

De là, cette eau ressort à l'air libre par des fissures dans le sol, ce sont les sources.

L'eau de source forment les ruisseaux qui se jettent dans les rivières jusqu à la mer.

Et le cycle est complet. C'est donc toujours la même eau qui tourne dans le circuit.

 

3. Les mille et un usages de l'eau

 

Comme nous vous l'avons dit dans l'introduction, les utilisations de l'eau sont innombrables et de toute nature

La plupart des gestes quotidiens de l'homme demandent l'intervention de l'eau:

boisson, cuisine, lessive, vaisselle, douche, bain, chasse d'eau, lavage des véhicules ,

arrosage du potager ou de la pelouse, usages industriels, agriculture, loisirs, ...

L'eau doit arriver en quantités suffisantes chez le consommateur .

De plus, l'eau est un bien précieux qu'il faut protéger du gaspillage et de la pollution.

  

4. La pollution de l'eau

La pollution, il y en a toujours eu et il y en aura toujours.  Mais le problème est que nous polluons de plus en plus et que la nature n'arrive pas a tout digérer, même si on l'aide avec des stations d'épuration.

Il faut donc essayer de salir moins d'eau en utilisant des produits plus respectueux de la nature, sinon la vie sur terre ne sera plus possible.  Les organismes n'arriveront plus à vivre.

 

 a. Qu'est-ce qui pollue?

Les eaux  souterraines ont déjà été filtrées naturellement par les différentes couches de terre et de roche.

Mais de plus en plus souvent,  ces eaux sont trop sales et ne sont pas encore débarrassées de toutes leurs impuretés lorsque elles arrivent dans les nappes souterraines.

Les responsables sont les produits chimiques que l'on utilise pour laver les carrelages, certains produits que l'on met dans les champs, les industries, ...

En fait, par toutes ces actions l'homme pollue la nature.

Même le trafic routier pollue.

 b. Comment ?

Les fumées d'échappements des voitures se déposent par terre et dès qu'il pleut, les poisons contenus dans ces fumées sont entraînés par la pluie dans les cours d'eau et les nappes souterraines.

 

c. Conséquences

Quand on parle de pollution, il faut se rendre compte que tout arrive dans l'eau à un moment ou à un autre.  Les pluies deviennent acides et abîment les forêts, les plantes et les animaux.

Les eaux stagnantes sont étouffées par de grandes quantités d'algues.

Tous ces problèmes risquent de déséquilibrer la planète....

 

Des matières qui peuvent arriver dans les nappes souterraines ou dans les galeries qui récupèrent l'eau, dans le sous-sol :

savon dans les vieux puits déchets venant des fosses septiques, épandage de produits dans les champs, déchets d'animaux, égouts, décharge, fuite de mazout

 

5. Le traitement de l'eau

Toutes les activités humaines affectent l'environnement.

Les ressources en eau sont de plus en plus sujettes à la pollution.

Elles sont soit polluées, soit menacées de pollution par : les nitrates, les pesticides, les hydrocarbures,...

 

Le parlement Wallon a ainsi légiféré pour permettre d'instaurer, autour des prises d'eau, des zones de protection où les activités humaines sont rigoureusement réglementées, voire interdites.  La S.W.D.E.  a pris dans ce cas des mesures concrètes: acquisitions de terrains autour de ses prises d'eau, placement des clôtures, cuvelages des cours d'eau dont le lit est susceptibles de polluer les nappes acquifères, création et gestion patrimoniale d'espaces verts, surveillance sévère et régulière.

 

a. Le captage.

la Wallonie dispose de réserves d'eau importantes, stockées naturellement sous deux formes : les eaux de surfaces et les eaux souterraines.

Les nombreuses nappes acquifères constituent la source d'approvisionnement principale des producteurs d'eau potable, les zones de captage faisant l'objet d'une protection et d'une surveillance sévère pour éviter tout risque de pollution.

 

b .Le traitement

Quelle que soit leur provenance, il est rare que les eaux prélevés dans le milieu naturel puissent être distribuées sans un traitement minimal.

 

*les eaux souterraines

 Elles doivent être soumises à une aération permettant d'éliminer les gaz dissous, responsable d'odeurs.

Afin de garantir une qualité bactériologique, elles sont désinfectées par ajout du chlore selon des normes fixées par l'Union Européenne et la région wallonne.

Il est aussi intéressant de rappeler que l'organisation mondiale de la santé a insisté sur l'importance de la qualité bactériologique, ce qui exige une désinfection.

Depuis l'introduction de la chloration, on a assisté à une diminution d'épidémies d'origine hydrique.

Dans certains cas, ces eaux nécessitent des traitements complémentaires visant principalement à éliminer par filtration des éléments contenu naturellement dans l'eau, comme le fer ou le manganèse.  Les nitrates font l'objet d'une attention particulière et leur élimination est parfois nécessaire.

 

*les eaux de surfaces

 Elles sont plus vulnérables et nécessitent un traitement plus élaboré.

En général, un traitement de coagulation - floculation - décantation - filtration, permet d'éliminer les matières en suspension, le caractère trouble de l'eau, la couleur, le fer, le manganèse

 De plus, une désinfection bactériologique est indispensable.

Dans le cas des eaux des massifs ardennais, un traitement de re-minéralisation est nécessaire pour diminuer leur caractère agressif qui est à l'origine de la corrosion des canalisations.

Actuellement, il s'avère important de recourir à un traitement tertiaire visant à éliminer les pesticides et autres micro-polluants organiques.  Ce traitement consiste en une filtration sur du charbon actif.

 

c Le transport

Le plus souvent, les centres de production d'eau potable sont éloignés des agglomérations qu'ils doivent alimenter, car des régions sont dépourvues de ressources acquifères exploitables  qui soient judicieusement situées.

L'eau doit donc être amenée depuis le point de captage jusqu'aux ouvrages d'emmagasinage et aux centres de consommation par des conduites de gros diamètre en acier, en fonte ou en béton.  Un système complexe de stations de pompage, d'hydrophores et d'ouvrages hydroélectriques faisant appel à une haute technologie, permet de maintenir la pression de l'eau durant tout son transport quels que soient les niveaux des terrains.  Au total, les conduites atteignent plusieurs kilomètres.

 

d. Le stockage

La demande en eau varie selon les moments de la journée.  Afin de répondre en permanence aux besoins des consommateurs, l'eau traitée est stockée dans des châteaux d'eau et des réservoirs, qui lui donnent également la pression nécessaire pour un service optimal.

 

e .La distribution

L'eau parvient aux consommateurs via les canalisations de distribution, placées de part et d'autre des axes de circulation eux-mêmes.  Les conduites sont le plus souvent en acier ou en pvc.

Les canalisations de branchements des consommateurs viennent s'y accorder.

 

f. Le contrôle

Les eaux sont polluées.  C'est pourquoi les eux usées rejetées à l'égout sont acheminées jusqu'aux stations d'épuration où des traitements sont mis en oeuvre pour leur rendre leur qualité.  Ces traitements permettent de traiter les pollutions azotées et phosphorées qui compromettent la survie des rivières.

  

6. Conclusion

 

D'années en années, la dégradation de la qualité des eaux prélevées par l'homme dans le milieu devient toujours plus  préoccupante, en raison de la pression exercée par toutes les activités humaines sur l'environnement.

Certes, l'eau peut être traitée après son prélèvement dans le milieu et avant la distribution, mais ce processus connaît des limites aussi bien techniques que financières.

La S.W.D.E.  est convaincue qu'une politique efficace de protection des acquifères, le contrôle des prélèvement d'eaux via les puits particuliers, l'élaboration d'un code de bonne conduite pour les agriculteurs et la concertation avec le monde des industriels, notamment ceux de la chimie, constituent les actions les plus efficaces pour maintenir la qualité des eaux distribuées.

En matière de protection tout est dans tout.  Ainsi, protéger les ressources acquifères implique l'épuration des eaux usées, puisque l'eau des cours d'eau, pollués par des rejets d'eau non épurés, peut s'infiltrer en partie dans le sous-sol.