La légende

nos bon meis

Nosse Bon Mêsse

Accueil

 

Nosse Bon Mêsse

Les porteurs

La légende

Paroles

 

Livre d'or

    Il y a de cela bien longtemps, du temps où Tilff s’appelait peut-être encore Tilves, un étranger se présenta à l’entrée du village.  Il fut accueilli comme les habitants de l’endroit savaient accueillir les étrangers, on lui offrit le gîte et le couvert.  Tandis qu’il s’apprêtait à passer à table, il sortit un vieux grimoire de sa besace.
   Un enfant qui jouait par là lui demanda ce qu’il faisait.  L’étranger lui tendit le livre, mais l’enfant ne savait pas ce que c’était. L’étranger interrogea toute l’auberge, même réponse, aucun enfant ne savait ni lire ni écrire.  En ces temps-là,  dès leur plus jeune âge, les garçons et les filles partaient travailler qui aux champs, qui dans les fabriques qui encore sur les chemins de halage.
   Notre étranger s’établit alors à l’auberge et se mit en demeure de réunir les enfants tous les soirs afin de leurs apprendre les bases de la lecture et de l’écriture.  Mais les seigneurs, maîtres de fabriques et autres potentats locaux ne voyaient pas cela d’un bon œil.
   Un soir de pleine lune, ils ourdirent un complot et envoyèrent une compagnie de spadassins pour réduire le gêneur au silence.  Alerté en secret, celui-ci rassembla tous ses effets et les glissa sous sa couverture en imitant une forme humaine. Il y mit tellement d’entrain que cette forme humaine occupait plus de la moitié de la pièce.
   Lorsque les  assassins entrèrent dans la chambre, ils furent tellement effrayés par la taille de l’homme allongé, qu’ils prirent peur et s’enfuirent en hurlant que ce dernier ne pouvait pas être tué, on ne tue pas  un géant…
  Notre brave homme pouvait continuer sa tâche sans crainte, sa réputation étant assurée.  Ainsi, lentement mais sûrement, une nouvelle société se mit en place qui voyait les enfants mieux armés pour prendre leur destinée en main.
   C’est pour commémorer ces temps-là que chaque année les enfants de Tilff et alentours traversent le village entourant celui qu’ils ont affectueusement baptisé, Nosse Bon Mêsse … tout en chantant et dansant sur des airs joyeux et entraînant.
nos bon mêsse