Nous au Carnaval de Tilff


nous au carnaval de Tilff


Pourquoi nous ?

Accueil

 

Nosse Bon Mêsse

Les porteurs

La légende

Paroles

 

Livre d'or


Non, nous ne sommes pas tombé dedans quand on était petit!

Parents, ex parents, ex écoliers, futurs ou autres encore de l'école Ste Marie, tous les arguments sont bons pour être enrôlé de force dans cette aventure.

Quand on dit oui, on ne sait pas vraiment pourquoi, on a pas réfléchis avant de signer comme disait Coluche, un autre géant.   Pourtant si quelque chose doit peser de tout son poids, c'est bien la tête...Nez en moins,  la sienne, faite de papier mâché est vide comme le fond de nos verres.  C’est nous la tête pensante, le cerveau!  Mais, ne vous y fiez pas, ce géant n'en fait qu'à sa tièsse, faut savoir lui tenir tête.    Une chose est sûre c'est que sauf cas de force majeur, on ne sait en sortir...c’est comme un casse tête.

Nous sommes les valeureux porteurs du géant de Ste Marie.... donc, ses pieds aussi faut-il le croire.  

Nous prenons rarement la tête du cortège, nous préférons le milieu, là où tout se digère.

Quand on est dedans on n’en sait pas d'avantage bien que l'on ait nos yeux en face des trous. Quand on est à côté, c'est là que tout se déclenche : nous faisons partie des quatre points cardinaux....le centre de l'équilibre, les oreilles! À l'écoutent de tout corps souffrant.  On est pas de trop, croyez-moi, car un beau jour, voulant humer le parfum d'une belle, il s'est fracassé le bout du nez,  c'est pourquoi vous le voyez si plat.   

Ayant passé la plupart de son temps sur une estrade, à part un peu d'embonpoint,  il n'a pas fait beaucoup de muscles, nous lui donnons nos bras, nos épaules, nos cuisses, notre force.

Si vous comptez bien, un dedans quatre dehors, et nous sommes six à en croire la photo du dessus. Oui, oui, vous avez raison, nous sommes bien six. Le rôle du sixième, du renégat, si j'ose, et bien c'est-à-dire que hum euh euh bien bon donc,  je dirais peut-être que euh comment dirais-je, voyons .....ouiiii, c'est cela vous me comprenez.

Non, ne pleurez pas,  car c'est chacun son tour.

carnaval de RIO