JANINE GUÉTARY-GUYON,
épouse de Georges Guétary,

Quoiqu'elle s'affirme, insistante, "Madame GUÉTARY", nous tenons à rappeler son identité originelle de Janine GUYON : elle est en effet professionnellement reconnue et respectée; elle est aussi une de ces figures emblématiques de l’affirmation de la femme qu’il convient de ne pas oublier.
Elle doit par ailleurs receler des richesses que cache ce que son mari définissait comme de la timidité et qui pourrait passer pour de la froideur et de la distance.

Qui ?
Eblouissement
Puis…
Sorties
MAIS QUI DONC EST-ELLE ?

    Nous nous interdirons cependant de forcer sa nature de discrétion et d’effacement : de trahir la confiance spontanée dont elle nous fait la grâce insigne.
    D’ailleurs, “je n’ai pas de “press-book”, s’excuse-t-elle : je n’ai jamais voulu faire parler de moi.  Georges, pour lui, faisait ça très bien, il avait une carrière publique...
    - Votre discrétion vous honore, Madame, et...
    - Oh! ce n’est pas une question de volonté, c’est une question de nature, tout simplement : je suis un être de l’ombre; vous le savez, d’ailleurs, vous qui m’avez toujours vue derrière Georges, dans l’ombre de Georges !”

    Cette... ombre ne fut-elle pas plutôt riche terreau, engrais  ?
    Si chacun avait pris le parti de ne pas s’immiscer dans la vie professionnelle de l’autre, Janine, que Georges reconnaissait d’ailleurs plus intelligente et cultivée que lui ne l’a-t-elle pas ici et là parfois influencé ?  N’est-ce pas elle ainsi, par exemple, qui lui fit connaître le projet de la comédie musicale Les Aventures de Tom  Jonesqui le donnait à son âge réel enfin et qui le ferait surprendre la presse unanimement laudative ?
    C’est elle aussi surtout qui le conduirait à l’équilibre et lui donnerait deux enfants quand, à 40 ans, il se sentit soudain seul et perçut le danger qui le guettait de la fatuité et du vide ?

G

    Née Guyon le 12 janvier 1919, et nullement "de parents comédiens, Henry Bosc et Cécile Guyon", ainsi que l'avait imposée une transmission faussée que le journaliste Olivier Denis(1) nous permit de corriger(2), Janine, en ses 14 ans, se lie d'amitié à Colette, une camarade de lycée.  L’accueil familial est tel qu'on supposera qu'elle fut adoptée par ce foyer, supposition elle aussi à oublier : "Je n'avais pas besoin d'une tutelle.", nous confiera Madame Guétary.
    N'empêche, le tuteur supposé n'est autre que Pierre LAZAREFF(3), une grande figure de la presse doublée d'une présence intellectuelle et morale qu'on respecte et qui marque, lequel avait été marié à Sylvette FILLACIER, comédienne, mère de Colette.

(2)"Une autre Guyon, qui avait 19 ans quand j'en avais 14,
était inscrite au Conservatoire en même temps que moi,
se rappelle Janine Guyon-Guétary,
mais je ne sais en dire plus" 
(02/02/01)
    Influences dès lors ?
    Probables, possibles...

    Sauvage et secrète, conduite aussi par un fort tempérament d'indépendance et d'aspirations vers les hauteurs, Janine s'inscrira et deviendra comédienne pour commencer.
    On la verra au cinéma ( Claudine à l’Ecole, Prison sans Barreaux), mais il apparaît que c'est le théâtre qui la marquera fondamentalement, au point qu’elle l'abandonnera après avoir créé Federico GARCIA LORCA ( YERMA et LA MAISON DE BERNARDA) que la troupe fera connaître en Tchécoslovaquie, et en Angleterre : "Quand on a vécu un tel auteur, nous fit-elle l'honneur de nous confier, on est allé jusqu'au bout de soi-même, on n'a plus rien à prouver : je ne tenais pas à descendre ensuite dans le "boulevard"."

1955 ludique
1955 ludique
Echo en  sept-nov 2002
     Elle ne restera pas inactive néanmoins : après une période de journalisme (Elle(4)), elle produit, pour la radio d'abord (Radio Luxembourg), et pour la télévision ensuite (O.R.T.F.), des émissions marquantes (La Kermesse aux Chansons)... par quoi elle deviendra Madame Guétary en 1955.
 

19 septembre1955, le mariage religieux orthodoxe  public à Paris
après le civil incognito à Andon, non loin de Cannes.
19/09/55

    Elle n’arrêtera pas sa carrière pour autant, quoique, dès lors, elle se soit toujours appliquée à “servir la carrière de Georges, et "être présente à nos enfants".

    Elle tenait à ce que Georges Guétary fût rendu au mieux par ses émissions; il apprécierait, pensons-nous, qu’enfin lui soit rendue la reconnaissance qui lui revient.

1960
1960 dans les mimosas cannois
1965,
1965
dix ans de mariage.
Retour au  sommaire de page  ou poursuivre :
ÉBLOUISSEMENT
"tu es mon unique élément”,
Louis Aragon, Le Feu
Septembre 1995. 

     Nous sommes sur le quai de la gare de C.  En avance plus que nécessaire pour attendre le train du soir qui vient de Paris : il lui ramène sa Janine dont il se languit; déjà. 
    “Elle est rentrée trois jours à Paris… je n’ai pas voulu qu’elle prenne l’auto : la route est devenue trop dangereuse… 
    "Merci de m’avoir accompagné : j’ai voulu reconnaître la route ce matin, mais j’ai été mal renseigné et je n’ai pas trouvé…" 
en écho à septembre 2000
dans les années 1970
Photo : D.R., famille Guétary.
     Le train est annoncé : il se lève aussitôt du banc sur lequel il s’était assis soudain plongé dans ses pensées dans le courant d’air du quai (“Ma voix ?  Oh, tu sais, depuis le temps…”) 
    “Il arrive de quel côté ?” 
    Il regarde dans le sens indiqué, force le regard, impatient et fébrile : 
    “Je ne sais pas dans quelle voiture elle se trouve…  Regarde bien : nous ne devons pas la manquer; dis-moi si tu la vois…” 
   Son regard suit, tendu et dans le doute, le défilement des vitres. 
     Bientôt il la saisit, là, qui nous a dépassés et qui descend, calme, assurée : il se précipite, la serre dans ses bras, reconnaissant et tendre à la fois, lui prend, prévenant, ses bagages, ne lui laisse, volubile et rassuré, pas le temps de répondre à son questionnement : “Tu n’es pas fatiguée ?  Tu étais bien installée ?  Tu avais pris un billet de première ?  Tu n'es pas restée seule chez nous : tu es allée chez Hélène ?…" 
     Plus rien n’existe pour lui qui ressuscite, qu’elle qu’il conduit le bras protecteur autour des épaules, qu’elle dont il ne reste rien du courant quotidien qui la laisse voir telle l’Indienne porteuse qui suit muette son homme : la serveuse des lumières du spectacle est dans sa vie reine et souveraine dont il reste en ses 80 ans l'Amoureux tel qu'on l'est à quinze que peuvent retrouver "les cheveux blancs" dont la chanson, ce soir, huit ans plus tard, résonne vrai : 
<1990>
Photo : D.R., famille Guétary.
"Quand le printemps va revenir, 
"Je sais que tout va refleurir, 
"Mais les plus beaux rêves d'enfant 
"S'endorment sous les cheveux blancs. 
"Il a neigé sur nos vingt ans, 
"Mais que nous importe le temps : 
"L'amour se joue des cheveux blancs 
"Quand on aime éternellement" 
"Il a neigé sur nos vingt ans." (5)
(5) © Balasko-Djan, éd. P. Beuscher.
L.P., 
08/10/2000; 
19/02/2003 dans la trace de la Saint-Valentin,
Retour au  sommaire de page  ou poursuivre :
PUIS…
       Mars 2002 : nous pouvions lui présenter nos hommages aux obsèques de Jo Moutet pour lesquelles elle était présente
     2002-2003.  Theo et Luca, animent la maison de Vaucresson de leur gemellité dynamque durant une transition européenne de leurs parents. "Je  n'ai jamais vu maman comme ça depuis cinq ans maintenant, s'étonne François reconnaissant à sa décision : elle rit, elle chante -elle revit- comme elle ne l'avait plus fait depuis la mort de papa !"  Et ça se perçoit, c'est vrai, même dans le contexte d'un échange téléphonique qui ne peut masquer cette joie.  Grâce lui est d'ailleurs donnée d'une ressemblance étonnante de l'un avec son "papou" Georges dont il rappelle par moments mimiques et attitudes...
   D'ailleurs, il réclament l'écoute de ses chansons, parmi lesquelles "Mon Amour, ô, mon Amour"(6) est une des préférées sans exclure "Chiquito".
Merci à votre venue, avec l'espoir de votre retour :
abonnement aux mises à jour et/ou commentaire
Retour éventuel au début de page,  à l'introduction au chapitre ou
POURSUIVRE / SORTIR
1. Par liens suggérés par cette page :
Notre site : Sommaire > Recherche 
et/ou :
Sujets :
Autres sites ou adresses :
Françoise Giroud : janv. 2003
(3)Lazareff
L'url <http://www.histoire.fr/pdf/his_200207.pdf> débouche sur une réponse d'inexistence, dont Google garde néanmoins la trace : 
<http://www.GOOGLE.fr/> : demander Pierre +Lazareff, puis retenir
[PDF]le programme Pierre Lazareff La grande aventure de la presse ... 
Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat - Version HTML
le programme Semaine n° 7 du 9 au 15 février 2002 Pierre Lazareff Mardi 1 2 f é
vrier à 21 h 0 0 Pierre Lazareff ne s'est pas contenté de traverser le ... 
www.histoire.fr/pdf/his_200207.pdf - Pages similaires 
où demander la mémoire-cache de Google
(4) ELLE
déc. 2002
(6)Mon amour…

2. Par libre choix dans le sommaire de la fenêtre de gauche
<<Si elle n'est pas présente,  l'appeler par ce lien
Avec D.R..aux auteurs d'extraits et de photos (v. note générale in "Accueil" cf.  le ©),
et l'assentiment confiant et gratifiant de Madame Guétary,
© 1999-2002, Louis Pieters pour l'ensemble du site,
© 2000/05 pour cette page sur <http://club.euronet.be/georges.guetary/>, 2000/07/11 pour compléments, (1) 2001/02 pour correctif par lecture vigilante d'Olivier Denis, journaliste.
© 2003/0227 pour sa reprise et sa refonte sur <http://www.georgesguetary.net>
Art et culture>Artistes>Musique>Chanson>Interprètes

Version 2.3