Cette page ayant été composée sur base de leurre découvert  a posteriori , vous êtes invité(e) à lire d'abord l'explication qui s'impose.
Georges Guétary
de la fin d'été (2)[1] à la Toussaint de 2002
charme
retrouve au Canada son Chemin du Paradis,
croise ainsi sa  Route Fleurie 
pour faire halte à son  Olympia :
ce voyage associe le cinquantième anniversaire d'un tournant de carrière au cinquième de son décès.
charme
 Ouverture
Réalité du Rêve
Scène 1
Marche arrière ?
Scène 2
Croisement
Scène 3
Embrayage
Rideau
Hommages & Coulisses
Sorties

 
"TOUT EST PERMIS QUAND ON RÊVE, …"

"Le Canada en ce cas est responsable puisqu'on n'en voit rien venir, (…)", concluions-nous partiellement voici deux mois à propos des manquements de l'édition médiatique rendant sempiternellement -et de manière assez fourbe- les mêmes produits.[1]   Or, il nous est particulièrement agréable de le mettre aujourd'hui à l'honneur et de le citer en exemple même, puisque c'est grâce à lui que nous pouvons enfin (re)voir le film qu'on craignait encore, après l'apaisement partiel de TRENTE ET QUARANTE [2], de ne pas voir ressusciter :
LE CHEMIN DU PARADIS[3]

Retour au  sommaire de page  ou poursuivre
MARCHE ARRIÈRE ?

    Le chemin du Paradis, c’est celui d’une station d’essence; plus justement, c’est la station elle-même quelque part à l’écart des grands-routes, et qui fait le plein très vite d’une clientèle de plus en plus assidue.  Oh, ce n’est pas que le carburant y soit moins cher qu’ailleurs, c’est tout simplement que l’accueil y est radicalement différent, fait d’attention souriante et, surtout, de chansons de bonne humeur qu’interprètent trois gars jeunes, dynamiques, confiants et optimistes.  Car cette station pour eux, c’est vraiment le chemin vers le paradis (tiens! on a déjà entendu ça quelque part… [4] ) : une étape, un moyen de survie en attendant que se réalise le grand projet commun : l’engagement scénique de leur groupe vocal.  Chemin faisant viendra l'amour à plus d'un titre contrarié, piqué de quelques chansons.

    Le Chemin du Paradis, c’est aussi une reprise -un “remake”, comme ils disent- d’un film de 1930 et qui mettait en scène les “coqueluches” de l’époque : Lilian Harvey et Henry Garat.  Vingt-cinq ans plus tard, on demande à Georges Guétary de reprendre le rôle du second; c’est à Christine Carrère que sera confié celui de la première.  Aujourd’hui bien oubliée malgré son joli minois, elle était passablement écrasée par Yves Furet et Jacques Jouanneau de renommée encore assurée à l’époque : elle ne chantait pas, contrairement à Liliane Harvey, durant que les trois garçons formaient le trio chantant de cette sorte d’opérette filmée qui transféra sur le 45 tours  AVOIR UN BON COPAIN, TOUT EST PERMIS QUAND ON REVE, CHERCHEZ LA FEMME, TOUT VIENT À POINT, CE N'EST PAS TOUT,dont le CD n'a reproduit que les deux premiers (EMI 2527592 PM 516 (1990) que seuls les 45 tours EG 199, G 1129 peut compléter )[5]

    Ce Chemin du Paradis enfin, c’est le premier tableau du triptyque cinématographique franco-allemand pour Georges Guétary : d’une part, le contrat qui le lie à Sirius depuis le mythique  Cavalier Noir l’oblige à tourner; d’autre part, sa passable déception de  An American in Paris qui, si Hollywood l’a haussé en vedette internationale, lui a donné un second rôle d’ailleurs fort écourté par le montage final, l’incite sans doute à reprendre son statut de vedette, autant qu’à se faire reconnaître plus avantageusement que par les films français qui suivirent Le Cavalier Noir et  Les Aventures de Casanova.  Or, Sirius (France) qui, à l’évidence, s’épuise, se laisse étouffer par Berolina  puis Taurus (Allemagne) : couleur, metteur en scène revalorisent le chanteur.[5]
     Chanteur qui alors redoutait de s’enliser dans le succès incessant de  La Route Fleurie dont le producteur ne voulait pas laisser s’échapper le duo intensément plébiscité : Guétary-Bourvil.

Retour au  sommaire de page  ou poursuivre:
À LA CROISÉE DES CHEMINS

C’est que Georges Guétary, au fond, avait été victime de ses exigences : interpellé par sa découverte du métier aux Etats-Unis, il avait insisté auprès de Lopez et Vincy pour changer deux options majeures :
1. marier intensément charme et comique à l’exemple des Bing Crosby/Bob Hope;
2. oublier l’espagnolade convenue au profit de la tonalité autochtone, soit française.
    Naît  LA ROUTE FLEURIE longue, longue,  longue, infinie.[6],

De la place du Tertre parisienne au Midi français, valse, valse musette, fox-trot remplacèrent ainsi boléro et autres tempos exotiques, et, surtout, surtout, Bourvil conquit le public… au grand dam de Georges Guétary d’abord perplexe et inquiet, mais qui bientôt put par ce défi se remettre en question et en scènes, aller plus avant vers le tournant qu'il avait entrevu : bannir l'éternel séducteur conventionnel au profit d'un personnage moins sclérosé, moins fade, moins attendu, plus divers, vulnérable, humanisé, commun… surprenant. 

De la presse de l'époque, nous reproduisons ci-après un entretien avec Germaine RAMOS, celle-là dont nous vous communiquerons un jour la perception de georges Guétary à ses débuts, tant elle fut une des plus justement pénétrante.

Quatuor enjoué
Photo X, DR
Le quatuor équilibré n'exclut pas l'amitié
Zone de texte: Georges Guétary par Germaine RAMOS
Si l'on compare le Georges Guétary d'hier à celui d'il y a huit ans, on constate avec surprise et plaisir qu'il est plus vif, plus nerveux et plus jeune qu'alors !  Plus jeune par l'expression la gaieté, l'allant -plus jeune surtout en scène.
Vous qui l'avez vu dans son «tour», naguère, charmantmais très «chanteur de charme», allez le voir dans La route fleurie.  Vous constaterez que ce fantaisiste à la belle voix est un autre garçon qui, pour le talent -et pour le charme- a gagné cent pour cent !
- La route fleurie, m'a-t-il dit, a été réalisée au rebours de toute tradition. Quand il s'est agi de situer l'action, j'ai demandé à Vincy et à Lopez qu'elle se passe en France, et non aux antipodes, comme dans toutes les opérettes !  «Mais voyons, leur ai-je dit, la France apparaît à tous les étrangers comme le paradis!  Quel besoin de chercher ailleurs un cadre enchanteur ?»  Aussi, la «route fleurie» est-elle la route de Paris - Côte-d'Azur…
«Par ailleurs, on ne concevait plus l'opérette que vi-suelle, à grand spectacle, avec des dizaines d'artistes!  J'ai insisté pour que le dialogue soit drôle, fasse rire, et pour qu'il y ait une histoire qui tienne debout, plaisante à suivre...
- Il est visible aussi que votre rôle de jeune premier est conçu de façon assez «révolutionnaire» ?…
- Parce que j'ai senti que la conception du jeune premier qui entre en scène, attendu, appelé, et chante , la main sur le cœur, est complètement périmée !  J'ai voulu des gags, même pour amener mon entrée, naturelle et gaie.  Ensuite je chante, et brusquement je m'arrête, -je parle,-ce qui coupe mon effet de chanteur.  Mais c'est voulu !…
«A l'habitude, avant l'air du chanteur, l'orchestre joue une ritournelle : on a supprimé ça qui est faux et fastidieux.  A la place, je dis par exemple cinq ou six vers, et j'enchaîne une chanson, qui fait toujours corps avec l'action, au lieu de i'interrompre.  Des détails comme ceux-ci sont si nombreux que le public ne 1es remarque pas.  Mais ils donnent à l'opérette son originalité et son tour nouveau, moderne.
- Vous risquiez gros en jouant avec un comique qui, forcément déchaîne les rires ! Chevalier en a su quelque chose, jadis, avec Dranem…
- Je sais !  Pourtant,j'ai demandé à jouer avec une seconde vedette comique.  On m'a dit : «Vous êtes fou!  Un gros comique «ramasse» tout».  J'ai répondu : Eh bien, qu'il «ramasse» !  J'ai accepté, en pleine scène d'amour, d'être mis en boîte, de chanter sur un gag…  Et je m'en félicite : l'opérette y gagne, et nous y gagnons tous ! Pour moi, j'ai beaucoup appris auprès de Bourvil, cet excellent comique.
Voilà qui est parler -et agi,- en véritable artiste,  Ce que Guétary a non seulement accepté, mais voulu, dans cette opérette, on ne voit pas quel autre chanteur aurait eu «l'estomac» de l'accepter !  Ce ne fut pas sans crainte, il l'avoue : durant les premières semaines, il trembla que le public n'admît pas très bien cette formule nouvelle : qu'allaient dire les spectatrices qui avaient de lui une certaine idée, de le voir danser, sauter en chantant, (ce qui n'est pas facile !...) de lui voir faire un duo burlesque avec Bourvil, se jetant par terre, s'enlaidissant à plaisir!…  N'allaient-elles pas être déçues ?
Mais on constata bientôt que «la Route», était un triomphe; le public s'amusait, surpris et content.  Guétary n'a jamais reçu autant de lettres de spectatrices, qui toutes le félicitent de sa fantaisie et de sa gaîté.  Et il est à croire que nous n'avons pas fini de le voir, dans les opérettes et les films, l'étonnant tandem Guétary-Bourvil.
A la Radio, Guétary passe sans cesse.  En particulier dans la Ronde des chansons, chaque dimanche sur Paris-Inter.  Il vient d'avoir une série de trente émissions sur la Chaîne Parisienne dans Panoramiques (émission de Pierre Lhoste et Gérad Néry) et toute une longue série sur Radio-Luxembourg avec J .-J. Vital.  Il est en pleine montée.  Pourquoi ?   Parce qu'il n'a pas craint de jouer un jeu difficile, de risquer : il s'est obligé lui-même à se renouveler, el il a gagné la partie avec éclat. 
C'est une preuve qu'en art il n'y a pas de situation acquise : il faut se renouveler -ou mourir…
Marchand(e)s de 4 saisons
Photo X, DR
Il surprit même en marchande des quatre saisons agressée par sa concurrente… Bourvil.
 

Mais la convention même de ce Gala de l'Union des Artistes de surcroît éphémère et s'adressant à un  public réduit eut pour effet qu'on ne prit pas ce moment au sérieux : Bourvil, on l'admettait, bien sûr,  dans cette farce, mais Guétary, allons donc !

Trio joyeux
Le trio serré menacé par le charme d'amour
Photo X, DR Berolina
Et -enfer !- voilà que ce Chemin du Paradis lui restituait, dans la lignée même de Plume au Vent d'ailleurs (autre reprise pour laquelle c'est lui encore qui fut idéalement choisi), et quoique la fantaisie et autres ingrédients assez pareils à ceux de  La Route Fleurie y fussent présents, son tracé de charmeur.  Que les suivants en outre (Le Baron Tzigane, puis Amour, Tango, Mandoline) souligneront davantage encore… jusqu'au point final cinématographique de Georges Guétary avec Une Nuit aux Baléares, qui fixe en point d'orgue l'Image, après que disque et radio dans ses débuts l'avaient typé vocalement par la coda caractéristique de maintes de ses chansons.
Toutes les cartes s'emmêlent :

le plein, svp
la fantaisie dans l'amour quotidien,

l'amour de charme à l'écran,

l'amitié dense en coulisses,
Photos X, DR 
Final d'amour
Photo X, DR Berolina
Amitié continuée

la séduisante fantaisie chantante sur scène.
Charme en Fantaisie
Photos X, DR
Retour au  sommaire de page  ou poursuivre:
EMBRAYAGE
Ainsi rattrapé par son Personnage[7], Georges Guétary relève donc le défi, et, libéré enfin de cette  Route Fleurie qui n'en finissait pas, refond son répertoire et sa manière avec son nouvel acolyte, Jo Moutet, pour un tour de chant où il sera seul en cause pour le succès… ou la retraite.
Il y introduit l'antihéros (Mario, le charbonnier; trois corsaires finissant vieux), mais ne néglige pas d'évoquer l'aventure (les tziganes sans le "je"), il ne renie pas le charme et la douceur, mais dans le dessin de l'amour reconnaissant, il alterne le populaire et le classique -affermit sa richesse vocale singulière-, il contredit en  final l'élégance du costume par la fantaisie d'un rock endiablé.
Eclatante rentrée de Georges Guétary

Dans un smoking noir pailleté, avec une élégance et une aisance étonnantes, Georges Guétary (à droite sur notre croquis) fait sa rentrée à l'Olympia.  Il y a plus de onze ans qu'il avait abandonné le music-hall pour l'opérette et pour l'Amérique. 

caricature
A cette école, il a appris à devenir le grand chanteur qu'il 'est sur la scène de l'Olympia.  Un chanteur qui va de la romance au rythme en passant par la chansonnette, le folklore, avec le même brio et le même talent.  C'est une éclatante rentrée que celle de Georges Guétary. 

M. F., in ?, 1957.
Caricaturiste : nom illisible.
Celles -et ceux- qui ne pourront accepter cette manière de voir seront apaisés par la réalité via lien de bas de page
Eclatant succès de Georges Guétary

Enfin, un chanteur qui chante !

C'est une douce manie de l'époque !  Les artistes doivent être catalogués, enfermés dans un genre et étiquetés par spécialité.  Ainsi, Georges Guétary serait un chanteur de charme parce qu'il a une très belle voix d'opéra.comique et infiniment de charme !  Quelle erreur !
Les appellations contrôlées ne le sont pas toujours et pour sa rentrée à l'Olympia -après onze ans d'absence du music-hall- Georges Guétary nous administre la preuve qu'il est champion toutes catégories. Voulez-vous de la romance ?  «Merci mon cœur».  Du typique ? «Andalucia»..Du populaire ? «Bambino» et «Domani».  Du folklore ?  Voici une chanson de sa Grèce natale.  Du charme ? «Seule».  De la force ? «Les tziganes».  Du rythme 1957 ? «Georges, viens danser le rock and roll».  Accompagné par Jo Moutet et son ensemble, Georges Guétary est exactement ce que les Américains nomment un show-man et c'est pourquoi nous lui pardonnerons volontiers son smoking pailleté.  Il chante -avec quelle force et quelle douceur aussi-  mais ses chansons sont mises en scène, il est élégant, Il danse, Il est présent, Il anime le spectacle, il le fabrique même et après dix ans d'opérettes et un métier acquis sur les scènes de Londres et de New-York (et dans les studios d'Hollywood), Georges Guétary remporte une éclatante victoire au music-hall.  C'est la revanche du professionnel sur l'amateur.  Vive le music-hall ! 


Marcel IDZKOWSKI, in ?, 1957

Il gagne son pari !
Retour au  sommaire de page  ou poursuivre:
RIDEAU
Différent et constant
Le charme obligé ?
Deux portraits signalent cette époque, signalent ces moments.  Ils sont en quelque sorte des "classiques".  Qui perpétuent l'image… et la réalité d'une beauté virile incontestable impossible à nier.  Qui la figent aussi par le fait du cliché photographique.  Seuls la scène, le film et le quotidien peuvent le nuancer, le compléter.
La joie de vivre insouciante, l'amitié juvénile, la fantaisie bohème y prennent le pas sur la dominante convenue du charme doucereux (et soulignons que le film  Amour et Compagnie en 1949 introduisait déjà cette tendance)
pr. Route Fleurie
Photo X, DR
 Néanmoins, chaque scénario se conclut par le dénouement attendu de l'union de la belle et du… prince charmeur de naissance.
Charme obligé donc ?
ex. Chemin du Paradis
Photo X, DR
Le fameux tour de chant de l'Olympia dont la composition est issue de ces deux expériences conjointes de l'opérette et du film ainsi que de la volonté du chanteur n'est-il pas en ce sens éloquent ?  Il alterne et allie pour la surprise générale conquise rythmes et sujets a priori opposés dans une composition dynamique, mais essentiellement habillés d'élégance…
Essai de visualisation synthétique 
de cette phase de carrière
1952
UNE FILLE SUR LA ROUTE
f
J. LEFEBVRE
1952
 
 

à
 
 
 

1956

LA ROUTE FLEURIE
1952-53
PLUME AU VENT
f
C. SEVILLA
1953-54
LE CHEMIN DU PARADIS
 
1954-55
LE BARON TZIGANE
serti ds mariage et 1re paternité
M. SAAD
1955-57
AMOUR, TANGO, MANDOLINE

LA ROUTE FLEURIE
o
BOURVIL

A. CORDY
1957
OLYMPIA
ch
2e paternité
UNE NUIT AUX BALEARES
f
J-M. THIBAUD
C. BESSY
TOURNEE au Canada
m-h
1958
PORTOFINO à Broadway
o
PACIFICO
BOURVIL
Ne sont ici précisés -sans mépris pour les autres- que les partenaires dont le nom est resté associé à l'œuvre et à la perception publique de notre personnage.
f = film; o = opérette; m-h = music-hall
partenaires en rouge = comiques; en bleu = féminins
Il faudra attendre LES AVENTURES DE TOM JONES pour atteindre au renversement complet.  Il n'en reste pratiquement rien.

Retour au  sommaire de page  ou poursuivre:
COULISSES
Hommages
Communiqués et extraits de presse : Michel BRACQUART, Paris
.
Hubert Ithier (p),
Louis Ferrari (m), 
Au bal dimanche
P. Beuscher, 1952
Mario Moro est mort le 9 août dernier à 84 ans, dix ans après Patrice Paganessi avec qui il forma le duo vocal 
PATRICE & MARIO
qui "s'illustra au music-hall dans les années d'après-guerre, rappelle  Le Figaro du 23/08/02 ajoutant qu'ils "s'illustrèrent avec des compositions alliant charme et fantaisie dans le registre de contemporains tels Luis Mariano, Georges Guétary ou André Claveau."  Corrigeons que s'étant sans discontinuer imposé la tonalité et la couleur vocale du ténorino dont Tino Rossi avait été l'archétype, ils s'apparentèrent nettement plus à Georges Guétary qu'à Luis Mariano et à André Claveau.
<<<<< Un répertoire partiellement commun >>>>>
Autre voix, féminine, grave et chaude à laquelle nous tenons à rendre hommage également : 
MARIE-JOSE
injustement oubliée par les medias quand décédée en février dernier, nous l'apprit Christophe Durand.
René Rouzaud (p), 
Jack Ledru (m),
Depuis quand
P. Beuscher, 1952
Un impresario commun à beaucoup :
Eddy MAROUANI
Mort le 28 juillet 2002 à 81 ans, Eddy Marouani fait rappeler que la réussite des chanteurs, nonobstant leur indispensable talent, doit également beaucoup à leur impresario.
Georges Guétary maintes fois évoque, dans ses Hasards Fabuleux, l'impact d'un des oncles d'Eddy Marouani sur sa carrière.
Extraits de son PECHEUR D'ETOILES:
Préface : L'ÉCURIE «MAROUANI» A PARRAINÉ :
Salvatore Adamo - Marcel Amont - Richard Anthony - Louis Armstrong - André Aubert - Hugues Aufray - Charles Aznavour - Pierre Bachelet - Robert Bahr - Joséphine Baker - Barbara - Didier Barbelivien - Alain Barrière - Guy Béart - Gilbert Bécaud - Guy Bedos - MariePaule Belle - Gérard Berliner - Gérard Blanchard - Michel Boujenah - Jacques Brel - Patrick Bruel - Annabel Buffet - Francis Cabrel - JeanMichel Caradec - Carlos - Éric Charden -
 - Georges Chelon - Maurice Chevalier - Christophe - Julien Clerc - Les Compagnons de la Chanson - Dalida - Pascal Danel - Danielle Darrieux - David et Jonathan - JeanJacques Debout - Michel Delpech - Raymond Devos - Marlène Dietrich - Sacha Distel - Yves Duteil - Suzanne Flon - Claude François - Frédéric François - Frehel - Les Frères Ennemis - Michel Fugain - Les Garçons de la Rue - Chantal Goya -Georges Guétary - Johnny Hallyday -
Pg 45 : Après la guerre, 
l'axe Daniel-Félix regroupera 
Tino et Guétary , Mariano,
avec Marouani
  Moreno, Lamoureux, Bécaud, Devos, 
Roger Pierre et Jean-Marc Thibaud, 
Gréco, Brel, et tant d'autres. 

Photo X, DR
- Lionel Hampton - C. Jérome - Buster Keaton - Eartha Kitt - JeanLuc Lahaye - Jean-Jacques Lafon - Serge Lama - Robert Lamoureux - Laurel et Hardy - Philippe Lavil - Maxime Le Forestier - Georgette Lemaire - Herbert Léonard - Licence 4 - Jean Lumière - Enrico Macias - Luis Mariano - Jane Manson - Didier Marouani - Marc Metral - Jacques Martin - David Michel - Mistinguett - Eddy Mitchell - Gilbert Montagné - Yves Montand -
- Dario Moreno - Marie-Josée Neuville - Nicoletta - Claude Nougaro - Herbert Pagani - Edith Piaf - Roger Pierre et JeanMarc Thibaud - Line Renaud - Renaud - Robert Ripa - Amalia Rodriguez - Tino Rossi - Yves Rose - Henri Salvador - Michel Sardou - Catherine Sauvage - Patrick Sébastien - Alain Souchon - Linda de Suza - Tennessee - Catherine Valente - Sylvie Vartan - Hervé Vilar - David Alexandre Winter - Zanini - Rika Zaraï
Paris, Laffont, 1989.
"Recenser les artistes dont les affaires ont été prises en main par le clan Marouani revient à publier un Gotha de la chanson (…)"
Serge Lama pour cet article renchérit :
"A l'époque, si l'on n'était pas avec un Marouani, on n'était avec personne.  Mon père, chanteur [il fut la doublure de Georges Guétary pour La Route Fleurie], a trop souffert de ne pas avoir d'imprésario.  Mais Eddy Marouani était plus que cela. (…)
"Ce métier d'imprésario à l'ancienne a progressivement disparu au profit de la figure du manager omnipotent, sur le modèle de Johnny Stark, l'homme qui «fit» Mireille Mathieu. (…)

Bruno Lesprit,
Le Monde,
2 août 2002

Retour au  sommaire de page  ou poursuivre:
Publications
"Avec Joie !"
n° 24
une autre chanson
n° 97
PHONOSCOPIES
n° 40
septembre 2002
• Making of : An american in Paris
• Opérette : La course à l'amour
• Cinéma : L'inévitable Mr Dubois
• Télévision : The Ed Sullivan Show
• Document : une dédicace peu banale (Georges dédicace une photo de... E. Constantine). 
• Les années radio, Ajouts discographie, répertoire... etc.
• Rentrée (Stavelot; …)
• Francopholies (Odieu; Manah; Pierlé; Hurdebise)
• Temps libre (Goudeau; D'Aznavour à Renaud;…)
• Biennale de la chanson française à Schaerbeek
• Barjac
• Portrait (Le Bihan)
• Chant du monde (I Muvrini;…)
• Note bleue
• Discographies de Robert Lamoureux; Annette Lajon; Guerino.
• Retour sur Jaime Plana.
• Qui était Robert Jysor
• Rubriques courantes (phonographe dans la BD; dater les 78 t.; cinéma chantant français; rééditions; …)
Le tout lancé par le régulier billet d'humeur stimulant de Gérard Roig, consacré cette fois à la ringardise (qui nous apprend incidemment qu'Un Américain à Paris avait, à sa sortie en France, été "autorisé aux adultes avec réserve")
Informations pratiques par bas de page
Communiqués
De Paul BARRIERE, Roquestéron (France) :
"Le coffret du Reader's Digest  qu'on n'attendait plus est enfin sorti !  Il contient trois CD, mais on n'y trouverait qu'une seule chanson inédite…"

Informations recueillies, voici :

1. Reader's Digest, Paris,
25 Sep 2002 :
2. "Guétarystes" sur place, M. Bracquart et H. Evano communiquent la liste des titres :
"Bonjour Monsieur,
"Le coffret G. GUETARY est bien disponible.
"Mais je suis désolée, nous n'avons pas les droits de le vendre en Belgique.
"Mais bien sûr si un jour vous êtes de passage à Paris, vous pouvez l'acheter dans notre boutique :
                  SELECTION BOUTIQUE, 
                 212 Boulevard Saint Germain, 
                 75007 - PARIS /  TEL. 01 45 48 04 26
"Cordialement "(Wed,  15:05:27 +0200)
son analyse fait découvir que ce coffret ne contient 
aucun inédit à proprement parler
mais 
19 titres cependant qu'aucun CD n'avait jusqu'à présent reproduits :
CD 1
LES HISTOIRES D'AMOUR
CD 2
LES OPERETTES
CD 3
LES GRANDS CLASSIQUES
02. Prélude n°7 (Chopin)
03. Mon amour oh mon amour
07. Tes yeux
08. A jamais
09. Juliette les  beaux jours
10. Dis le dis le moi
12. En courant le monde
13. Les amoureux sont tous les mêmes
14. Nous deux
16. J'ai envie de t'embrasser
17. N'oublie pas
18. Un coeur perdu
14. T'en fais pas papa on est toujours là
16. Ça vient sans qu'on y pense
01. Va mon ami
03. La romance de M Pathelin
04. Plaisirs d'amour
05. Attente
08. Ave Maria
09. Je ne suis qu'un prisonnier
12. J'aurais pu oublier
13. Et voilà le travail
14. Toi sans moi
15. Notre concerto
Comprenne qui pourra.   Pour votre gouverne : 
<http://www.readersdigest.tm.fr> où vient cette invitation : "N'hésitez pas à envoyer un e-mail au service Clients si vous avez d'autres questions !"
De Hervé EVANO, Région parisienne :
"Le CD "La voix du bonheur" chez Forlane, vient de sortir, disponible à la Fnac.fr, alapage.fr, merci donc à Forlane, en cet anniversaire de son décès."(11/09/02)

Ndlr : il s'agitdu CD qu'avait pu faire produire Patrick BOULANGER, mais dont la diffusion, il est vrai, était jusqu'à présent réduite; nous avons présenté ce disque à sa sortie, dans les Ephémérides de novembre 2001-janvier 2002 (lien en bas de page)

Courrier des lecteurs
FRANCE DIMANCHE n° 2925 du 20 au 26/09/02, Courrier des Lecteurs
De Michel BRACQUART,  Paris :
Anecdote :
"La scène se passe au Théâtre du Châtelet au temps de «Pour Don Carlos», donc en 1950-51.  Le compositeur Hubert Giraud va, avec un parolier dont je n'ai pas retenu le nom, monter une chanson à Georges Guétary.  Celui-ci est immédiatement séduit par la musique, mais trouve que les paroles ne sont pas faites pour un chanteur à voix : trop de voyelles E et I, pas assez d'A et d'O, plus sonores.  Les auteurs sont d'accord.  Pourtant la chanson ne se fera pas; Hubert Giraud ne dit pas pourquoi."
Ecouté sur France-Musique(s), le samedi 17 août 2002.
Interpellation :
"J'achève la lecture d'une biographie du pianiste Vladimir Horowitz (1904-1989).  Le fameux réveillon de Noël 35 chez Tasso Janopoulo [ndlr : oncle de GG] n'y est pas évoqué.  Avez-vous remarqué que, dans «Notes et Anecdotes» (pp; 77-80), Tasso, qui raconte la scène, ne met pas  Horowitz au nombre des convives, comme le fait son neveu ?"
  
Merci à votre venue, avec l'espoir de votre retour :
abonnement aux nouveautés et/ou commentaire
• Retour au  sommaire de page  de rubrique ou
• Aller à l'introduction de la rubrique et à sa table des matières ou
• POURSUIVRE / SORTIR
1. Par liens que suggère la page :
Notre site : Sommaire>Recherche
et/ou :
Sujets :
Autres sites ou adresses :
Juin-juillet 2002
[1]Été 2002 (1)

Novembre 2001
[2]Trente et Quarante
Cette page essentiellement et momentanément, à laquelle ajouter qu'il n'est peut-être pas innocent de signaler que le réalisateur Willi FORST (Autriche, 7/3/1904-12/8/1980) fut d'abord un chanteur "à la voix mélodieuse" et un "acteur très célèbre dans son pays et dans toute l'Allemagne" de 1930 à 1942. (DUREAU, Christian, DICTIONNAIRE MONDIAL DES COMÉDIENS, Distar, 1986.
[3]Le Chemin du Paradis
C'est à l'intuition heureuse de Patrick Boulanger que nous devons cette découverte de l'édition de cette vidéo
Vidéo en principe disponible sur  http://www.amazon.ca
(CDN$ 11.98 l'unité, 
paiement sécurisé, retour accepté)
ATTENTION :
anticipez sur l'envoi possible d'un documentaire portant le même titre en soulignant dans votre commande
Willi Forst, ASIN : B000065FZY,
mais non
Peter Gallagher 913993F HBO ![retour à l'origine de cette note]
Particulièrement :
"GG vu en wallon"
[4]“I’ll build a Stairway to Paradise”  
in "An American in Paris" en vidéos et reprises courantes en télévision; 
en plusieurs CD
Sommaire>Recherche
[5]"Le Baron Tzigane", "On n’aime qu’une fois" (aussi titré "Amour, Tango, Mandoline" qui tente de traduire "Liebe ist ja nur ein Märchen", le titre original) représentent cette période qui le fit connaître en Allemagne.
• Généralement dans les mois d'août à septembre (Ephémérides).
• Utiliser Sommaire>Recherche
[6]La Route Fleurie
Sommaire>Le Personnage>… *
* Pour liens et pages encore absents
[7]L'image

Nov.  2001-janv. 2002
CD "La voix du bonheur"

Sommaire>Le Personnage>Rivage
cf. le Noël de 1935

Janvier 2000
Portrait contre caricature

2. Par libre choix dans le sommaire de la fenêtre de gauche
<<Si elle n'est pas présente, l'appeler par ce lien
Avec D.R. aux auteurs d'extraits et de photos (v. note générale in "Accueil" cf  le ©),
etl'assentiment gratifiant de Madame Guétary,
© 1999-2002, Louis Pieters pour l'ensemble du site,
© 2002/10 pour cette page.
Art et culture>Artistes>Musique>Chanson>Interprètes