Une découverte capitale.
Il semble que les premiers vestiges néandertaliens aient été découverts à Canstadt près de Stuttgart, dès 1700. A cette époque, personne n’osait y reconnaître les restes d’un être humain.

En 1830, un médecin liégeois, Philippe-Charles Schmerling découvrit 2 calottes crâniennes à Engis. Associées à des mammifères aujourd’hui disparus, elles lui donnèrent la conviction de l’existence de l’homme fossile. Cette idée audacieuse resta sans lendemain durant un quart de siècle.

En 1856, dans la vallée de la Düssel (appelée Néanderthal), le Dr Fuhlrott sauva quelques restes d’un squelette mis à jour par des ouvriers. Il les attribua à une espèce humaine fossile. Ceci ne fit pas l’unanimité parmi les anthropologues de l’époque. Un des grands maîtres de l’anthropologie allemande, le Dr Virchow, après avoir examiné les ossements, estima qu’ils appartenaient à un homme moderne atteint, entre autres, de rachitisme et d’une grave arthrite sénile ayant perturbé la forme de son squelette. Admettre que l’homme ait pu se transformer au fil du temps devait irriter bien des consciences de l’époque. Mais la découverte des squelettes néandertaliens à Spy en 1886, associée aux données géologiques et paléontologiques recueillies et aux traces d’une industrie du Paléolithique Moyen, permit de prouver définitivement l’existence d’un type humain plus archaïque que l’homme moderne. neander.GIF (25962 octets)
L’appellation "Neandertal".
Cette appellation signifiant "vallée de Neander" trouve ses origines dans le courant du 17ème siècle. Le poète et prédicateur Joachim Neumann, né en 1650, vanta la beauté de la vallée de la Düssel dans ses écrits et particulièrement les environs de la localité de Mettman où se trouve la grotte de Feldhof dans laquelle furent découverts, en 1856, les premiers restes néandertaliens. Or à cette époque, l’hellénisme étant à la mode, ce nom de Neumann (NEU signifiant "nouveau" et MANN "homme") fut transformé en Neander (du grec NEOS signifiant "nouveau" et ANDROS "homme"). La tradition populaire, depuis le 17ème siècle, a désigné le lieu-dit du nom de Neanderthal. Ce mot est orthographié de nos jours "Neandertal" (excepté dans l’appellation scientifique "Homo neanderthalensis") suite à la réforme de l’orthographe allemande de 1904.