[ID-PHy] » RPN & HP Calc » Revue de quelques HPs

Au fil du temps, j'ai utilisé plus ou moins intensément plusieurs calculatrices Hewlett-Packard, et plus récemment, j'ai acquis d'autres modèles sur Internet. Aujoud'hui, je prends l'une ou l'autre selon mon humeur, l'usage, le lieu, ...

Voici donc mon avis très personnel sur celles que j'ai eues entre les mains.

En introduction ...
Les deux grandes familles
Et mes commentaires
Classiques
HP-25
HP-41C
HP-11C
HP-42S
HP-32SII
HP-33s
Graphiques
HP-28S
HP-48G
Série HP-49
HP-49G
HP-49g+
Mini-Ordinateurs
HP-71B
HP-75C
En conclusion ...
Et laquelle choisir ?

Quelques pages autour du même sujet :
» Notation Polonaise Inverse : une introduction à cette logique, et une analyse de la gestion de la pile par les deux grandes catégories d'HP.
» RPN Calc : très vite, j'ai écrit ma propre calculatrice en mode RPN.
» Exercices de Calcul : pour réviser ses tables de multiplications, ... sur une HP-48G.
» HP-41C related topics : Programming Environment, HP-IL Manuals and Bar Codes, links ...

Comment en suis-je arrivé là ?

Au collège, un de mes professeurs de mathématique ne jurait que par les calculatrices HP, et, puisque j'étais dans la section "Math fortes", je me suis un beau jour retrouvé avec une HP-25C dans les mains, prêtée par mon prof. Pas que je l'usse demandée, c'était incontournable !

J'ai tout suite mordu, et sur cette merveille de l'époque (en 1978), j'ai écrit mon premier programme (hors sujet du cours !) : le "21" ou "Blackjack". Une version assez simplifiée, mais la machine trichait car elle regardait si elle allait sauter avant d'accepter une carte ! Le tout en 49 "pas" de programmes !

Depuis ce jour, j'ai toujours un programme en chantier. Que ce soit pour mon plaisir, comme hobby, pour mes enfants, pour faciliter mon travail, ...

L'année suivante, en "Rhéto" (dernière année du secondaire), j'ai convaincu mes parents de m'acheter une HP-41C, avec comme argument de poids : Indispensable pour passer l'examen d'entrée d'ingénieur civil !

Je l'ai rapidement complétée des modules mémoire et de mathématique (tout aussi indispensables), du lecteur de cartes magnétiques, d'une imprimante (incontournables) et un peu plus tard des modules "Extended functions", "Time", et du lecteur optique ("WAND"). Au travers de "circonstances hors propos", elle est devenue une HP-41CV.

L'HP-41CV m'a ainsi accompagnée toutes mes études d'ingénieur civil (... en Mathématiques Appliquées). A l'époque, il n'y avait pas encore de PC : c'était la HP-41C, les calculatrices en Basic (Sharp, ...) ou directement l'ordinateur central (Main Frame IBM, ...) ! Durant ces années, je l'ai utilisée intensivement, programmant tous mes cours (labos, exercices, travaux, ... et même quelques "copions"). Avec quelques copains passionnés, nous l'avons explorée jusque dans ses tréfonds, et sommes vite devenus adeptes de la "programmation synthétique", permettant d'accéder à des fonctions, registres et caractères "cachés" de la 41. Il y avait une certaine jouissance à braver ces interdits, que d'heures passées dans le fond des salles de cours, que de nuits d'insomnie. (Voir HP-41C Synthetic Programming, ou une introduction sur HP-41C/CV/CX traduite du site The Museum of HP Calculators). Un bel exemple fut le "Jeu du Pendu" (je n'en connais plus la source), qui utilisait les caractères spéciaux pour dessiner un "pendu" (très stylisé !) :

Ensuite, pour mon boulot, en informatique, et plus particulièrement dans les réseaux d'ordinateurs, je n'ai plus eu besoin d'une calculatrice aussi puissante. Et avec la venue des PCs et de Lotus 1-2-3, une calculatrice de base était suffisante. Mais étant inconditionnel de la logique RPN, à un point tel que je ne sais plus utiliser une simple calculatrice sans me mêler les pinceaux dès la deuxième opération, j'ai programmé ma propre calculatrice RPN, en Pascal sur VAX d'abord, sur PC en C ensuite. Au fil des années, je l'ai enrichie de multiples fonctionnalités (cfr RPN Calculator), et ai donc délaissé ma 41. Je ne l'ai plus utilisée qu'occasionnellement pour mon usage privé (calculs ménagers, de bricolage, de construction, ...). Pendant cette vingtaine d'année, je n'ai écrit que deux vrais programmes. L'un pour générer les codes-barres lisibles par la commande à distance d'un magnétoscope Panasonic, et ainsi le programmer plus facilement (et en plus, j'avais une petite fiche avec le titre, la durée, ...), et l'autre pour convertir l'ensemble "HP-41CV - Imprimante - Lecteur optique" en une caisse enregistreuse (avec mini base de données d'articles) pour mon aînée (7 - 8 ans à l'époque), qui comme beaucoup d'enfants de cet âge, jouait au magasin. J'avais, pour l'occasion, développé un petit Environnement de programmation sous Excel, avec chargement automatique dans l'émulateur V41.

Ce n'est que récemment, depuis un an ou deux, que je suis revenu aux vraies calculatrices HP. Le virus de la HPéite s'étant réveillé, presque par accident, en vendant et achetant quelques bricoles sur eBay. Voulant retrouver la première HP que j'ai eue en main, l'HP-25, je fut très surpris et de la quantité de vieilles HPs en vente, et de leur prix ! J'ai fini par en dégoter une pas trop chère (35$). Et à peu près à la même période, j'ai eu une attaque : ma 41 ne s'allumait plus ! Après démontage, je l'ai réanimée, mais il m'en fallait absolument une de réserve ! Et puis, au vu de leur prix, j'ai cherché d'autres HPs, plus abordables, que je pourrais laisser trainer dans la cuisine ou sur le coin de l'établi ... C'est ainsi que je suis passé à l' HP-48G, dont le mode d'utilisation est quelque peu différent. Mes enfants en ont chacun une, pour s'exercer en calcul (tables de multiplications, ...), et aussi pour jouer dans la voiture, au salon, ... (Pendu, MasterMind, ...). De fil en aiguille, j'ai maintenant une bonne vingtaine d'HPs, de l'HP-25 à la 49g+, et par hasard, je suis tombé sur un lot d'accessoires pour la 41 (interface vidéo, imprimante à impact, lecteur de disquettes, ... ) : un vrai régal, un rêve que je croyais inaccessible ...

Mon aînée vient de rentrer au secondaire, et je l'ai convaincue d'adopter une HP. Je lui ai d'abord donné une HP-28S, première graphique, discrète et amplement suffisante pour un début. Mais elle est tombée en admiration devant la HP 49G, plus pour son look que ses réelles caractéristiques ! C'est donc avec un peu de fierté que j'assume : j'ai récemment rentré deux HP 49G neuves, une pour chacune.

Personnellement, j'utilise actuellement une 41 et une 28S. Je préfère la 41 pour les calculs, mais l'affichage de 4 lignes et la rapidité sont des avantages pour certains programmes que j'utilise couramment (adressage IP et conversion décimale - alphabétique).

Et tout cela aussi par curiosité, pour le plaisir de savoir Comment ça marche ?

Les deux grandes familles

Si on considère les calculatrices en mode algébrique, il y plus de deux catégories, mais je ne m'intéresse qu'aux calculatrices en mode RPN.

Pour moi, toutes les HPs fonctionnaient de la même manière : 4 éléments dans la pile, l'accès aux mémoires post-fixée, un mode de programmation à part, ... jusqu'au jour où j'ai acheté une HP-48G. C'est une calculatrice avec écran graphique, de même que les HP-28S et HP-49G+ que j'ai acquises dans la foulée. A mes yeux, il y donc deux grandes familles : les traditionnelles, ou "classiques", et les "graphiques". Hewlett-Packard parle plus de calculatrices scientifiques et graphiques, mais ce qui les différencie réellement, c'est leur mode de fonctionnement, basé sur le langage RPL (Reverse Polish Lisp), une combinaison de RPN, Lisp et Fortran, pour les modèles "graphiques".

Les "graphiques" ont donc un mode de programmation radicalement différent, mais cela impacte également l'usage courrant. Je noterai trois points différentiateurs importants, relatifs à la mémoire :

  1. Accès à la mémoire (aux variables) préfixée. Le nom de la variable doit se trouver sur le niveau 1 de la pile avant d'appeler les fonctions [STO] pour la mise en mémoire, ou [RCL] pour le rappel. Heureusement, si le nom de la variable est affichée dans la ligne de menu, il suffit de presser la touche correspondante pour la rappeler (si c'est un nombre) ou l'exécuter (si c'est un programme), et à partir de la HP-48, le [shift gauche] + [touche menu] met en mémoire (STO), et le shift droit met le contenu de la variable sur la pile (RCL), y compris des programmes. Ne vous trompez pas de shift, surtout avec les programmes !   ;-)
    Mais fini donc l'efficacité d'un [5] [STO] [/] [A] pour diviser le contenu du registre 01 par 5 sur une HP-41C. Sur une HP-48G, si vous avez la variable dans le menu, il vous faudra taper ['] [A] [ENTER] [5] [shift gauche] [MEMORY] [ARITH] [STO/] [VAR], et sur la HP-28S ['] [A] [ENTER] [5] [shift] [STORE] [STO/] [USER], ce qui est une autre paire de manches ! Et encore, si vous vous souvenez du chemin ! Vous ferez probablement plus vite l'opération sur la pile : [A] [5] [/] [shift gauche] [A] sur une 48 et [A] [5] [/] ['] [A] [STO] sur la 28. Et attention à l'ordre des opérandes !
     
  2. Toutes les fonctions "mangent" leurs agruments, y compris la mise en mémoire. Le nombre (ou l'objet) n'est donc plus disponible sur la pile après sa mise en mémoire, si on n'a pas pris la peine de le dupliquer au préalable. Il faut alors le rappeler, ce qui peut se faire par une simple pression de touche menu, si le menu affiche précisément les variables (et que celle concernée figure dans les 5 affichées, sinon, il faut parcourir le menu avec [NEXT] et/ou [PREV]).
     
  3. Création dynamique des variables. Les variables sont créées dynamiquement et automatiquement dans le répertoire courrant (on peut donc avoir des variables du même nom dans des répertoires différents, pratique pour garder des copies ... de programmes ! (Surtout sur la 28 qui ne peut sauver sur PC !)). Les variables s'affichent dans l'ordre inverse de leur création dans le menu [VAR] ou [USER], les menus bougent donc constamment. Il faut aussi penser à faire le ménage de temps à autre (fonction [PURGE] pour effacer, et possibilité de les trier [ORDER]).

Dans l' Introduction à la notation polonaise inverse, j'y présente également ces catégories et y examine la différence de gestion de la pile entre ces deux groupes.

Ceci n'est que la partie visible de l'iceberg, n'en ayant plus besoin, je n'ai jamais testé les possibilités de résolutions d'équations, le calcul différentiel et intégral, matriciel et statistique, ... C'est tout juste si ça ne vous donne l'envie de reprendre des études scientifiques, histoire de faire joujou !

Mes commentaires ...

Ceci n'est pas une liste des toutes les caractéristiques de chaque machine, il y a d'autres sites pour cela, mais seulement quelques impressions, remarques, commentaires, ... Il faut également les lire par rapport au modèle précédent, auquel je ne fait qu'implicitement reférence. Ainsi, losque je dis que l'HP-42S est rapide et très complète, c'est par rapport à l'HP-41C, et loin derrières les modèles "graphiques" !

Je ne prétends à aucune exactitude, mon avis étant très souvent subjectif.

Sur ces préambules, voici :

Les modèles
Quelques réflexions
les pour
et les contre
A tout seigneur tout honneur : les "classiques"
Les "classiques", c'est l'âme des calculatries HP, les vraies. Des générations d'étudiants, de scientifiques, d'ingénieurs, ... n'ont juré que par ces petites merveilles. Tout en restant de simples calculatrices, facile à utiliser, elles ont toujours été à l'avant-garde de la technologie ... de l'époque.

Je garde un faible pour ces modèles.

La facilité !
De part leur accès aux mémoires post-fixée, elles permettent d'associer des opérateurs à la mise en mémoire. Par exemple, pour diviser le contenu de la mémoire "0" par "X", on tape directement :
[STO] [/] [0]

Programmation simple et efficace
Une instruction par ligne, des instructions de test et des branchements [GTO], vers des étiquettes [LBL] et sous routines pour les plus évoluées.

La pile à 4 éléments peut paraître une limite, mais c'est une question d'habitude, des générations d'utilisateurs s'en sont accomodés.

Programmation simpliste On peut également trouver que ce langage de programmation est trop basique, trop près d'un langage machine et pas assez structuré.

Paradoxalement, ces calculatrices moins performantes sont plus chères ! Très certainement parce qu'elles sont plus anciennes, plus difficile à trouver. Et les récentes sont toujours proches de leur prix de vente en magasin. C'est hélas un luxe que de se promener avec une HP "classique" ...

HP-25

Déjà la seconde génération des calculatrices HP. Très robuste et compacte, tenant bien en main, cette série fut conçue pour les ingénieurs et devait résister à la vie de chantier. La légende prétend qu'elle pouvait tomber du bureau, qu'on pouvait renverser une tasse de café dessus ! (Je ne vous conseille tout de même pas d'essayer.)

Parmi les ancêtres, c'est à mon avis un must avec la HP-29C (mais hors prix !)

Ma première HP !
C'est la première HP que j'ai eue entre les mains, sur laquelle j'ai fait mes premiers pas, prêtée par mon prof de Math ! D'accord, ce n'est pas un argument, mais tout de même ... j'y tiens, par nostalgie ...

Scientifique très complète pour l'époque !

Mémoire volatile ! Dès qu'on l'éteind, tout est perdu ! Mais la HP-25 Continuous Memory, abrégé "C" dans les modèles ultérieurs, corrigea ce problème.

Affichage par LEDs, consommateur d'énergie. Mais à l'époque, point encore de cristaux liquides !

HP-41C
HP-41CV
HP-41CX

Révolutionnaire à l'époque, modulable et extensible, compacte et facile d'utilisation, elle est réellement mythique. Ce fut celle embarquée dans la première navette spaciale !
Aujourd'hui encore, elle a toujours beaucoup d'adeptes, qui lui consacrent temps, énergie, sites Internet, ...

Un mythe, je vous dis ! (Je l'adore !)

Ma première HP !
C'est la première HP que j'ai achetée, et la seule pendant 25 ans, la compagne de mes études ! (Ce n'est pas plus un argument.)

Le top du top !
Impossible de citer tous les avantages, notons tout de même :

  • La première alphanumérique
  • La première à affichage LCD, très lisible
  • Clavier reconfigurable (mode USER)
  • Modulable à l'envi (modules d'application, périphériques : lecteur de cartes, lecteur optique, imprimante, interface HP-IL, ...)
  • Un joli bug ouvrant la porte à la programmation synthétique, hélas corrigé dans les dernières versions. :-(
  • ...
Puisqu'il faut bien lui trouver quelques "contre"...

Une seule ligne d'affichage

Pas de possibilités graphiques

Puissance limitée (mémoire et CPU), comparée à la technologie d'aujourd'hui, mais à l'époque, c'était une bête de course !

N'est plus fabriquée ! Ce qui en fait un objet de collection, trop chère pour lui faire "prendre des risques" ...

Une pétition circule sur le Net pour qu'Hewlett-Packard re-fabrique la HP-15C, personnellement, je voudrais qu'on re-fabrique d'abord la HP-41CV, et ses accessoires.

HP-11C

Série très bien pensée, au format horizontal que beaucoup apprécient, à l'instar de l'HP-12C (modèle financière, indétrônable et toujours fabriquée. Hewlett-Packard a essayé d'en arrêter la production, en vain)

Une pétition circule pour re-fabriquer la HP-15C, c'est vous dire leur succès : Bring Back the HP 15C
Et sous la pression des utilisateurs, HP a sorti une nouvelle HP-15C Limited Edition ! (voir lien ci-dessus)

Format horizontal, très populaire.

Affichage LCD très lisible avec séprateur de milliers (Pressez [.] puis [ON] simultanément pour intervertir ',' et '.')

Très économe, les 3 piles boutons tiennent une éternité (des années !)

Format horizontal, auquel j'ai un peu de mal à accrocher

HP-42S

Compatible avec la HP-41C, plus complète mais n'est plus modulable.
Compatible HP-41C à quelques exceptions près. On peut donc y tourner les programmes de l'HP-41C.

Deux lignes d'affichage et première rangée de touches reconfigurées au gré des Menus.

Rapide, très complète, incorporant les principaux modules de la 41 (Math, Stat, ...), et très à l'aise avec les nombres complexes !

Design compact et sobre

Port Infra-Rouge pour connexion à une imprimante.

Pas modulable ni extensible, on ne peut donc sauver les programmes sur support externe, la connecter à d'autres équipements, et aucun moyen de charger données ou programmes.

Caractères alphabétiques peu accessibles, en deux étapes, via les touches-menu (première rangée)

Ecran peu lisible dès qu'on change de position relative. Il faut constamment ré-ajuster le contraste.

Design sobre, un peu trop.

HP-32SII

Je ne l'ai guère testée au delà de quelques opérations de base. Tant qu'on ne l'a pas réellement utilisée, programmée, il est difficile d'en connaître les vrais points forts ou faibles.
Grands caractères, bien lisibles

Très complète

Affichage des fractions : partie entière, numérateur et dénominateur

Une seule ligne d'affichage

Touche-menu peu différientiable, car sur fond noir, sur fond quasi noir !

HP-33s

La HP qui n'ose pas dire son nom !
Deux lignes d'affichage, bien lisibles

Très complète

Affichage des fractions : partie entière, numérateur et dénominateur

Mode Algébrique / RPN pour ceux qui aiment, je le mettrais aussi bien dans la colonne des "contre" !

Design, position et taille de la touche "ENTER" et disposition du clavier en général : clavier en V, touches menu et directionnelles, ...
N'a pas le "look HP", du tout !

Touches shiftées peu différentiables, de couleurs sombres et proches

Utilisation des chaines alphanumériques en programmation très alambiquée (à entrer comme "formule")

Je vous l'ai dit, c'est pas une vrai HP, d'ailleurs, elle fut vite remplacée par la HP-35S !
Ensuite les "graphiques"
Avec les "graphiques", on entre dans une nouvelle ère de calculatrices HP, dotées d'un langage de programmation extrèmement puissant, le RPL.
Ecran graphique pour affichage de lignes multiples, d'images, de graphiques, ...

Puissance, indiscutablement !

Manipulation d'objets de divers types : nombres (complexes, binaires, ...), matrices, listes, chaînes de caractères, programmes, ... Une très grande richesse de fonctions, de possibilités, ... très puissant !

Mode RPN et Algébrique, versatile donc.

Pile illimitée ... dans les limites de la mémoire disponible.

Programmation structurée, en RPL, mais aussi possibilité de les programmer en RPL système et en assembleur (à partir de la HP-48G, j'en suis moins sûr pour la HP-28S)

Plus de séparateur de milliers, que j'appréciais sur les classiques à écran LCD

Leur taille, à partir de la série 48, mais impossible de faire autrement !

Complexes, mais c'est probablement par manque de pratique, et de toute façon un peu incontournable, pour manier des objets complexes ...

Programmation difficile sur la calculatrice elle-même, va-et-vient constant dans les divers menus et sous-menus. Difficile également de visualiser les stuctures de programme, les blocs imbriqués, car l'écran est trop petit. Un passage sur PC devient vite indispensable (et la HP-28S n'a pas de connection PC !). Le principe du tout préfixé (nom de la mémoire sur la pile avant le [STO]), et le fait que toute les fonctions mangent leur arguments, y compris les tests et mises en mémoire, rend la programmation un peu lourde (usage fréquent de [DUP]). Mais ce n'est que mon avis, plus accoutumé des "classiques". Je n'utilise probable pas suffisament les variables locales, ... à creuser donc.

HP 28S

La première graphique, avec le langage RPL. Une machine de transition, et une tentative de design original, qui n'a pas eu de suite. Certaines fonctions ébauchées dans ce premier modèle, seront complétées par la suite, certaines corrections seront apportées à l'interface (flèches, ...), mais on perdra le double clavier, qui permet de taper facilement les commandes sans devoir parcourir le labyrinthe des menus. Je l'apprécie, pour un usage professionnel, je trouve qu'elle a suffisamment, et pas trop (une grande graphique ne se justifie nullement et donc "en fait un peu trop" !).
Bref, pour le moment, je l'emporte au bureau. J'y ai programmé les opérations sur les adresses IP (je travaille dans les réseaux informatiques), et une conversion décimal - alphabétique (utile pour les numéros de colonne dans les feuilles de calcul, p. e. 82 <-> CD).

C'est aussi celle que j'ai donnée à mon aînée pour le collège. Elle n'a pas encore besoin d'une grande (tel que la 48G), mais fonctionne déjà de la même manière (par rapport à une "classique") et n'aura donc pas à passer d'une logique à l'autre.

Une très bonne entrée en matière, une RPL dans une calculatrice qui reste simple.

Format "livre", qui permet un accès direct aux caractères alphanumériques, ou donne un clavier avec plus de fonctions/menus (en mode MENUS).
Ce clavier étendu replié sous la calculatrice, on retrouve une calculatrice très compacte, avec toutes les fonctions de base sous la main, quelque peu plus discrète pour un usage quotidien. Ne "pose" pas trop. (Certains voudraient sans doute l'inverse, je leur suggère alors la HP-49g+, qui "en jette" !)
Et se referme comme un livre, pas de housse de protection qui traine sur un coin du bureau.

Clavier très agréable, touches très souples.

Manuels complets et de bonne qualité, très didactiques (bonne introduction à la logique RPN, à la programmation RPL, ...)

Prix abordable, car n'a plus guère la cote, à tord !
(Plus discrète qu'une HP-48G, ou qu'une HP-49G.)

Ecran peu lisible dès qu'on change de position relative. Il faut constamment ré-ajuster le contraste.

Pas le lien externe vers un PC, ... pour échanger données et programmes. Pas de sauvegarde donc !

Bruit de la charnière, qui couine dès que l'angle d'ouverture change un tant soit peu. Très agaçant lorsqu'on veut la tenir d'une main, comme un livre, et très peu discret !

Compartiment des piles fragile et difficile à ouvrir et refermer, point faible de la carcasse.

Ballotte en configuration repliée, car les arêtes autour du clavier étendu ne sont pas dans un même plan. L'arête du haut étant trop courte, et à chaque pression de touche, elle basculait sur la partie inférieure. Pour y remédier, j'ai limé (oui, très délicatement, en protégant le clavier) les deux arêtes latérales pour que le tout soit dans un même plan, maintenant, elles sont bien stables, et vous ne verriez pas la différence. (Ou suis-je tombé sur trois mauvais numéros ?)

HP 48G
HP 48G+
HP 48GX

La première vraie graphique, grand format, avec le langage RPL. Succède à la 48S, et au vu de la littérature, des sites et nombreux programmes qui lui sont dédiés, elle fait figure de "classique des graphiques".

J'y ai programmé des exercices de calcul pour mes enfants, et avec quelques jeux, c'est presque une console de jeux, mais bien plus polyvalente. Après tout, c'est aussi un solide calculatrice !

Une valeur sûre, une référence.

Design sobre, classique, typique des HPs.

Qualité du clavier, quoique j'ai lu l'inverse.

Bibliothèque d'équations, reprenant, schémas à l'appui, les principaux problèmes de physique, chimie, ...

Meilleur rapport qualité/prix !, c'est pratiquement la moins chère sur Internet. J'en ai donc quelques unes, que je peux utiliser partout, que je peux donner sans crainte à mes enfants.

Design sobre, trop ! Mes enfants n'apprécient guère ...

Indémontable sans réels risques de l'endomager (j'ai essayé, ce fut un désastre, mais je ferai mieux la prochaine fois !). Quelques pages sur Internet tentent tout de même de vous expliquer comment, mais pas évident !

A partir de la HP-49G, l'interface évolue encore ... vers un ordinateur (menus et fonctions [APPS] [FILES] [CUT] [PASTE] ... ).
Je ne m'y suis pas encore fait, j'ai comme l'impression qu'on s'éloigne d'une calculatrice, que l'interface se met entre la calculatrice et l'utilisateur (d'accord, c'est son but !), mais qu'ainsi elle est moins accessible. Mais je ne les apprécie probablement pas à leur juste valeur, faute de les avoir réellement testées, programmées. Je reviendrai certainement sur mon avis lorque, poussé par mes filles, je les aurai plus étudiées.

J'ai transféré le programme d' exercices de math sur la HP 49G, mais il ne tourne pas tel quel. Elle n'est donc pas 100% compatible avec la HP-48G. L'incompatibilité vient du mode Exact/Approximatif (indicateur -105) et de l'ajout du type "Entier réel" (28) entre autres. Le mode exact me perturbe un peu plus, car dans les calculs, on a des fractions comme résultat pour garder l'exactitude (et non l'arrondi), et il faut presser [->NUM] pour avoir le résultat final : 2,25 au lieu de 9/4, et pourtant 2,25 me semble la valeur exacte de 9/4 !? (ou alors, il faut entrer les entiers avec la virgule, même sans une seule décimale : " 9 [ENTER] 4,  / " au prix d'une touche supplémentaire). Seul les entiers purs (nombres Entiers réels) sont affichés sans virgule, les autres se terminent par la virgule (en affichage standard). Et si on passe la calculatrice en mode approximatif, lorsqu'on édite un programme, tous les entiers sont convertis en réels, ce qui ajoute à la complexité (de programmation) et à ma perplexité ...

Plutôt qu'une calcualtrice programmable, j'ai l'impression d'avoir une calculatrice programmée !

C'est d'abord une calculatrice algébrique, tout le manual se réfère à ce mode, et le RPN ne semble qu'une option, comme si HP voulait conserver un compatibilité RPN, mais sans en être vraiment (et il faut revenir en mode algébrique pour les fonctions graphiques, ...)

Bref, HP commence-t-il à perdre son âme RPN à partir de ces modèles ?!

Et, sacrilège, la grande touche [ENTER] a disparu !!!

HP 49G

Version améliorée de la 48G, destinée manifestement aux jeunes avec un look plus accrocheur. Mais certains considèrent qu'elle ne fait pas assez sérieux, qu'elle n'a pas le look HP. Hewlett-Packard n'a donc pas persévérer, dommage (?).

Personnellement, elle ne me plait guère, mais puisque mes filles l'ont élue, je vais devoir m'y intéresser de plus près.

La collégienne.

La couleur Mes filles la trouvent "trop top", elle plaît donc beaucoup aux jeunes. Fournie avec un couvercle amovible (qui se glisse sous la calculatrice), également apprécié dans les cartables ...

Ecran et puissance, meilleurs que sur la HP-48G. Plus grand écran, et passage en mode édition de programme beaucoup plus rapide.

Son prix, très abordable, et on en trouve encore de neuves.

La couleur et particulièrement les fonctions écrites en bleu sur fond ... bleu ! Mais je ne suis pas bon juge, car un peu daltonien.

Le clavier La disposition des touches, elles n'ont plus le touché HP, et on a perdu la grande touche [ENTER].

Pas de porte Infra-Rouge On ne peut donc imprimer sur les imprimantes IR, comme les autres graphiques

Plus de bibliothèque d'équations, probablement pour qu'elle ne soit pas recalée aux cours / examens ...

Pas de manuel avancé reprenant toutes les fonctions, et il faut consulter celui pour la HP-48gII ou HP-49g+, sans garantie ... (et pas référencé sur le site d'HP !)

HP 49g+

Un très bel écran, mais sa couleur dorée est plus typique des business. Or ce n'est pas une business ! Erreur de marketing ? J'ai déjà songé à la revendre, et ne la garde que par collection.

Mieux vaut la HP-50G

La couleur, on aime ...
Look Classe et Business ?
Mais une bonne lisibilité des fonctions. Fournie avec une pochette en cuir, très classe également.

Ecran et puissance, meilleurs que sur la HP-49G. Ecran beaucoup plus grand.

Bibliothèque d'équations, reprenant, schémas à l'appui, les principaux problèmes de physique, chimie, ...

Carte mémoire SD enfichable, adopte un standard, plutôt pratique et économique pour les sauvegardes, transferts, ...

Cable USB, comme certains appareils photo.

La couleur ... ou on n'aime pas !
Personnellement, je la trouve trop "dorée", un peu kitsch.

Le clavier La disposition des touches, on a perdu la grande touche [ENTER], et la qualité du clavier à l'air assez moyenne, touches peu "fiables". Quelques critiques vont dans ce sens, et la réponse est ... la HP-50G !

Finalement deux "mini-ordinateurs"
Ces "mini-ordinateurs" ne sont plus à proprement parler des calculatrices, mais des calculateurs ou (mini-)ordinateurs dotés du langage de programmation BASIC. Je les mentionne ici car ils font partie de ma collection, les ayant acquis un peu par hasard. Plutôt que d'analyser le pour et le contre, n'ayant pratiquement aucune expérience du BASIC (que je n'apprécie guère), ni de ces mini-ordinateurs, je laisse juste quelques commentaires, impressions.

HP-71B

Et pour la convertir en RPN, vous avez deux options :
Soit vous trouvez le module
HP-71 41 Translator (5061-7269)
et vous avez une HP-41 dans votre HP-71B.
Soit vous chargez le program RPNLEX,
qui vous donne les fonctions de base, parfait pour un usage quotidien.
Pour plus d'info, voir la discussion HP-71 41 Translator (...and RPNLEX).

Le calculateur

Taille raisonnable (en cm : 19 x 10 x 2.5) pour rester un calculateur de poche / portable.

Clavier QUERTY doté d'un pavé numérique De plus la plus part des fonctions sont directement accessibles via les touches secondaires 'f' et 'g'. On conserve un clavier de type calculatrice, typique HP.

Mode Calculatrice Les opérations sont entrées de manière algébrique, mais les évaluations intermédiaires sont faites dès que possible, avec la possibilité de rappeler le dernier résultat, par une paire de parenthèses vides (), et liste des derniers calculs sur la pile.

Interface HP-IL & Lecteur de cartes en options.

Dommage qu'il n'y aie pas de mode RPN en mode natif !

HP-75C

Le mini-ordinateur

Grande taille (en cm : 25.5 x 13 x 3) : plutôt une machine de bureau (desktop) qu'un ordinateur de poche (palmtop). On s'éloigne considérablement de la notion de calcultrice (pas de mode CALC !).

Un vrai clavier QUERTY mais sans pavé numérique, sans touches de fonction : il faut tout taper.

Mode Horloge & Agenda Permet d'afficher l'heure (mode TIME) et de noter des rendez-vous (mode APPT (appointment)).

Interface HP-IL & Lecteur de cartes en standard.

Plus un ordinateur doté d'un agenda électronique qu'une calculatrice !

Conclusion ?

Il y en a vraiment pour tous les goûts, tous les budgets.

Personnellement, j'en utilise couramment plusieurs :

Et laquelle choisir ?

Pour moi, s'il faut en choisir une seule, sans hésitation, c'est la HP-41C : la star, l'indétrônable, l'inégalable, le top du top, ...
Mais laissez-la aux afficionados !

Comment choisir donc ? Difficile question, cela dépend de tant de paramètres, tels que votre budget, si vous êtes novice ou confirmé, ce que vous voulez en faire (calculer (ben pourquoi pas ?), jouer, programmer, ...). Voici donc un avis, ne portant que sur celles que j'ai eues, tout aussi subjectif que le reste, et qui ne vaut ... que ce qu'il vaut !

Si vous pouvez débourser directement de 80 à 210 Euros, allez tout droit au magasin du coin, et achetez-vous la dernière HP-35s pour une scientifique classique, ou la dernière HP-50G pour une graphique. Je ne les pas testées, j'espère qu'elles sont à la hauteur (avec un bémol pour la 50g ?).

Mais si vous êtes indécis, voulez faire vos premiers pas en RPN sans trop bourse délier, avant de porter votre dévolu sur la machine de vos rêves ... en toute connaissance de cause, voici quelques suggestions.

Et n'oubliez pas que vous pourrez toujours revendre votre acquisition avec une potientielle plus value, n'hésitez donc pas trop. Dernier point, lors d'un achat sur Internet, assurez-vous de son état, d'avoir les manuels et si possible le cable de connexion à un ordinateur.

Mais quelque soit votre modèle de prédilection, tant qu'on a une HP en mode RPN, on est dans le bon !

Et bien sûr tout commentaire (ou correction) est bien-venu ...


Pierre HARDY.
e-mail : pierre.hardy@swing.be

Copyright © Pierre Hardy, 2011. All rights reserved.

(9 - 01/10/2011)      ¤