LE CRAWL

Technique du mouvement de bras


1. Pénétration dans l'eau, phase de traction et de propulsion


Avant que le nageur de crawl se propulse en avant en repoussant l’eau, il faut qu’il ait une certaine prise sur l’eau. Les doigts restent collés, la main est comme une pelle.

Tout au long du mouvement de bras dans l’eau, il faut imaginer que les bouts de doigts guident le mouvement et laissent une sorte de trace lumineuse dans l’eau. Le dessin de cette trace lumineuse serait un grand point d’interrogation qui passerait sous le corps.
Depuis le point de pénétration de la main dans l’eau, juste devant l’épaule, la main descend dans l’eau sans se laisser casser par la pression de l’eau.
Jusqu’à hauteur de l’épaule, le nageur se tracte en avant, le bras est fléchi au niveau du coude. A hauteur de l’épaule, l’angle de flexion est de 90° à 100°.

Jusqu’à ce que la main ressorte de l’eau près de la cuisse, la main et l’avant-bras repoussent l’eau sous la cage thoracique et sous le ventre vers les pointes de pieds.

2. Phase d’élan


Après l’effort fourni sous l’eau, il faut que la musculature du bras se décontracte hors de l’eau en prenant son élan en avant.
Ce n’est possible que lorsque, après une dernière pression sous l’eau sans que soit fourni un travail supplémentaire.
Le coude reste en haut, le bras et la main reviennent décontractés en avant.

La phase de propulsion et l’élan des deux bras doivent se coordonner de telle sorte qu’un bras donne l’impulsion motrice, tandis que l’autre revient vers l’avant.

Technique du mouvement de jambes


1. Pénétration dans l'eau


Les jambes montent et descendent alternativement.

Tandis que le mouvement vers le bas est facile, le mouvement vers l’arrière et vers le haut doit être très contrôlé. Le mouvement vers le bas est amorcé par la cuisse,
Le bas de la jambe suit en accélérant.

La pression de l’eau fait tourner la jambe et la cheville à l’intérieur.
Avant même que le pied ait atteint le point le plus bas, la cuisse amorce le mouvement
vers le haut. Là encore, la jambe suit.

2. Coordination


On distingue deux principaux modes de combinaisons
entre mouvement de bras et mouvement de jambes.
Coordination en six temps : Chaque cycle de bras
(un mouvement du bras droit et un mouvement du bras gauche)
est couplé à six battements de jambes.
Coordination en deux temps : A un cycle de bras
correspondent deux battements de jambes. (Les sprinters préfèrent
la coordination en six temps)

La respiration


La respiration du crawl est coordonnée avec le mouvement du bras. Au début de la traction, et de plus en plus fort pendant que le bras repousse l’eau vers l’arrière, l’air doit être rejeté par la bouche et par le nez de telle sorte que lorsque les doigts frôlent la cuisse, la tête se tourne sur le côté et que le nageur inspire rapidement. Pendant que le bras revient en avant, la tête revient dans la position de départ et un nouveau cycle respiratoire s’amorce.

Variantes respiratoires :

1- respiration en 2 temps : le nageur respire toujours du même côté à chaque mouvement du même bras.
2- respiration en 3 temps : inspirer alternativement du côté droit et du côté gauche Droite-gauche-droite (un) Gauche-droite-gauche (un)
3- respiration en 4 temps : pour que la respiration interfère le moins possible avec le déroulement du mouvement, ne respirer que tous les 4 mouvements de bras.

Retour en début de page

Retour Techniques de natation