Pas de deux

 

Le pas de deux réunit un couple de danseurs dans un morceau de bravoure qui plait au public par ses qualités spectaculaires, car il exige la plus grande virtuosité de la part des deux artistes. Il répond à un schéma très précis, établi il y a près de deux siècles.

Le pas de deux s'ouvre par un adage où le rôle du danseur consiste surtout à mettre en valeur sa partenaire. L'adage est suivi d'une variation pour chacun des artistes, le danseur d'abord, la danseuse ensuite. Quelques pas de deux contiennent une seconde variation, plus brève. Enfin, la coda  réunit les deux artistes qui rivalisent de brio : la soliste enchaîne, le plus souvent, trente-deux fouettés et le soliste une série de grandes pirouettes. Les deux artistes peuvent achever leurs prouesses par un manège avant de conclure ensemble, souvent par un porté ( la danseuse soulevée par son partenaire ) ou un poisson ( la danseuse tête en bas, appuyée sur la jambe du partenaire ).

Les grands ballets classiques, de La Fille mal gardée à Roméo et Juliette, comprennent en général un pas de deux par acte. Ils traduisent l'évolution des sentiments des protagonistes.

Détaché d'un ballet, le pas de deux en conserve les costumes qui le caractérisent, comme l'oiseau bleu ou le signe noir. Il constitue parfois le seul témoignage d'un grand ballet tombé dans l'oubli.

 

Retour à la page d'accueil