Le grain de blé

Jean-Jean mendie de ferme en ferme: un croûton, une soupe. Du fromage quand les gens sont généreux.
Aujourd'hui, on lui lâche les chiens. Une vieille a pitié de lui. Elle lui met un grain de blé dans la main.
- "Gardez bien ce grain: Toute porte où vous frapperez, bien voulu vous serez."
- "Bien merci, ma brave femme."
Il continue sa route. Le soir, il arrive près d'une maison, toque à la porte.
- "Bonsoir la compagnie. Vous me coucheriez, moi et mon grain de blé ?"
On l'accueille, lui donne à manger, une place autour du feu. Avant d'aller coucher dans la grange, il remet allumettes et couteau, suivant la règle.
- "Je vous confie aussi mon grain de blé. Gardez-le précieusement jusqu'à demain matin."
Le maître pose le grain sur la table, l'oublie. Au matin, une poule blanche le mange. Jean-Jean la voit.
- "Mon grain de blé ! J'y tenais ! Quel malheur !"
Le fermier veut lui donner un sac de grain.
- "Non, c'est le grain mangé par la poule que je veux."
- "Il est encore dans la poule, prenez la poule.
Vous imaginez comment les choses vont se passer.
La poule blanche est chassée par les poules de la maison. Elle tombe dans l'auge du cochon, le cochon la mange.
Le cochon passe trop près d'une vache, est mangé par la vache
La vache passe trop près du cheval qui l'assomme.
Le cheval est mené à la mare par une fille. Il se noie.
On met la fille dans un sac, Jean-Jean l'emporte.
A la halte, Jean-Jean ouvre le sac, en sort une chienne qui lui mord le nez
Jean-jean crie:
Du grain de blé à poule grasse
De poule grasse à un verrat
De ce verrat à une vache
De cette vache à un cheval
Du cheval à une jolie garce
De la garce à la chienne torte
Qui maintenant le nez m'emporte.
Jean s'est faire un nez du bois d'une souche de vergne par le sabotier du village.

D'après Le Grain de blé, de Pourrat, Trésor des contes.