Autres activités (épi)volcaniques siciliennes (partie 1/3) ! Du 28/12/02 au 03/01/03

retour.jpg (1305 bytes) Retour partie 3/3 (17/01/03 à actuel)

Map_Italian_Volc_sm.jpg (8417 bytes)


Selon les dernières données des experts de l' INGV-CT, ± 5.5 millions de m3 de matériaux éruptifs seraient brutalement tombés en mer lors de l'effondrement du 30 décembre 2002. Le dernier survol a montré que deux fractures menacent à nouveau la stabilité d'une partie de la Sciara del Fuoco (plus de précisions seront disponibles et mis en ligne lors du prochain communiqué officiel de l'I.N.G.V.-CT). D'après les dernières infos diffusées par la RAI 1 (13h30), il y aurait ± 70% de probabilité pour qu'un nouvel effondrement se produise tout prochainement. Le diamètre du volume de lave mis en place sous le sommet du volcan aurait été estimé à ± 300 mètres. Au 31/12, le volume lavique émis est égal à 600.000-700.000 m3, équivalant à une masse lavique d'épaisseur moyenne de ± 2.5 mètres sur 265.000 m2.

Une carte précise des coulées de la Sciara del Fuoco (S.d.F.) est actuellement diffusée par l' Institut Italien de Géophysique et de Volcanologie (section de Catane).

str_0201_06.jpg (18664 bytes)str_0201_07.jpg (19280 bytes)

Vues aériennes de la coulée de lave dévalant la Sciara del Fuoco. A gauche: petit bras émergeant d'un tunnel lavique.

str_0201_11.jpg (13568 bytes)str_0201_13.jpg (16339 bytes)str_0201_15.jpg (15352 bytes)str_0201_16.jpg (15183 bytes)

Colonne de vapeur formée au contact de la lave et de l'eau de mer !

str_0201_01_sm.jpg (16907 bytes)magma_3012_sm.jpg (10100 bytes)

Schéma hypothétique illustrant l'emplacement du volume de lave sous la bordure E de la partie haute de la Sciara del Fuoco. Interprétation: ces deux effondrements pourraient avoir été causés par le gonflement lié à la remontée rapide d'un important volume de magma sous ce secteur de la Sciara del Fuoco, mécanisme qui aurait eu comme conséquence de déstabiliser la zone centro-orientale (probablement après la déflation qui a suivi l'émission lavique) de cette grande structure d'effondrement dont les limites approximatives sont illustrées en jaune sur l'image de droite .

3012_3d.jpg (18276 bytes)

Situation des coulées au 30/12 (d'après lever I.N.G.V.-CT)

Wall_collapse3012.jpg (23517 bytes)

Vue de face de la paroi orientale créée suite à l'effondrement du secteur médian de la SdF le 30/12/2002 (photo de la Protection Civile Italienne)

3112_3d.jpg (18475 bytes)

Situation des coulées au 31/12 (d'après lever I.N.G.V.-CT) - Coulée active au 31/12 ; coulée en voie de refroidissement; les deux zones d'effondrement du 30/12. Cliquez sur l'image pour voir un profil le long de la bordure E de la Sciara del Fuoco qui correspond à l'emplacement de la coulée du 28/12; la pente moyenne de la coulée active sur la S.d.F. est de ± 25°. Selon les données relatives au volume de matériaux effondrés (5 millions de m3 & 600 mille m3) fournies par l'I.N.G.V.-CT, la hauteur moyenne de l'escarpement (en traits hachurés) de la zone illustrée en bleu ciel serait de ± 10 mètres pour le secteur E et de ± 25 mètres pour la partie centro-occidentale.

str_0201_01.jpg (20530 bytes)

Vue aérienne montrant le bord E d'un secteur de la zone qui s'est effondrée le 30/12 sur la Sciara del Fuoco et d'une des deux nouvelles fissures en cours de formation le long d'une partie de cette bordure ! A noter que la fracture est quasi "fermée" et, par conséquent, que l'éboulement est imminent (il sera mineur par rapport à celui du 30/12)!

Grâce à cet épisode éruptif suivi quasi en temps réel, on comprend un peu mieux comment la Sciara del Fuoco (structure en forme de fer à cheval comprise entre l'arête du Filo del Fuoco à l'est & celle du Filo di Baraona à l'ouest) a pu se former au fil des nombreuses éruptions effusives par effondrements successifs de matériaux éruptifs !

Str_after_glis_sm1.jpg (9366 bytes)

Reconstitution approximative de la topographie (par modélisation) de l'île après l'effondrement survenu le 30/12 dernier sur la Sciara del Fuoco. Cliquez sur la carte pour voir une animation relative à l'épisode d'effondrement/glissement (200x150; 55 Ko) ! Points rouges: position approximative des 2 nouvelles bouches éruptives.


Le 30/12 vers 13h15 : effondrement d'un secteur de la Sciara del Fuoco suivi par un raz de marée (tsunami). Une abondante retombée de cendre s'est produite sur les flancs E et SE et a affecté la zone habitée de Ginostra. L'effondrement s'est produit en deux temps, à 13h12 et 13h14.

En Italie, on apprécie smilev.gif (9903 bytes) les caméras thermiques !

str_3112_03.jpg (12016 bytes)str_3112_03a.jpg (11959 bytes)

Clichés réalisés au moyen d'une caméra thermique à partir d'un vaisseau militaire italien. Sur la photo de gauche, on distingue nettement deux colonnes gazeuses (vapeur d'eau) dont celle de gauche (longeant le Filo del Fuoco à l'E de la S.d.F.), de taille plus réduite, ne donne pas lieu à une remontée verticale comme l'imposante colonne ascendante visible à droite (dans le secteur centro-occidental de la S.d.F.). - Images diffusées par la RAI 1

stromboli11.jpg (11412 bytes)

Photo publiée sur le site web de "La Sicilia"ce 03/01.

30-12 : le survol réalisé ce 30/12 au moyen de l'hélicoptère de la Protection Civile Italienne a permis d'observer de nombreuses fractures perpendiculaires à l'extension longitudinale de la coulée qui s'est épanchée à partir du 28/12. Pour les experts de l'INGV, les (2) décrochements pourraient être la conséquence de la superposition d'une importante masse supplémentaire (la coulée) sur la pente raide de cette portion de la Sciara del Fuoco, structure, à l'origine, déjà instable de par sa constitution (empilement de nombreuses coulées scoriacées ± altérées).

Foto5_INGV.jpg (11548 bytes)

Photo de l'effondrement réalisée par des membres de l' I.N.G.V.-CT le 30/12 vers 13h15. Cliquez pour voir la photo avec sa résolution originale (cliché réalisé à partir du secteur ouest de la Sciara del Fuoco).

str_0101_01.jpg (17326 bytes)str_0101_02.jpg (13877 bytes)

A droite: Ginostra sous la cendre ! (images RAI 1)

Str_3012_03.jpg (17807 bytes)Str_3012_02.jpg (13128 bytes)Str_3012_04.jpg (17898 bytes)Str_3012_01.jpg (18084 bytes)

Photos spectaculaires extraites d'un reportage de la RAI 1 diffusée le 30/12 à 20h00 (TG1) !


Glis_sm.jpg (5631 bytes)

Schéma de formation du tsunami suite au glissement de terrain du 30/12 à 13h12 & 13h15 le long de la Sciara del Fuoco. Cliquez sur l'image pour voir un agrandissement !

modele_tsunami3012_sm.jpg (1642 bytes)Str_Tsunami_equ_sm.jpg (1586 bytes)

Schéma de gauche : essai d'estimation, réalisée par modélisation, de la hauteur de la vague du tsunami qui a suivi le glissement de terrain du 30/12 dernier. Image de droite : graphe de l'équation de la fonction ± linéaire : amplitude = f(b,d pour T=25m & 20°<theta<25°). Voir les explications détaillées reportées sur les images.

Par ailleurs, une étude scientifique détaillée à propos des conséquences d'un effondrement éventuel au Stromboli a été réalisée récemment par S. Tinti & E. Bortolucci. Une simulation relative à la propagation du tsunami engendré par un tel mécanisme est proposée.

Etude.gif (15271 bytes)

Carte illustrant l'amplitude de la vague principale du tsunami simulé suite à un processus d'effondrement partiel au Stromboli. Les différentes teintes correspondent à la hauteur de la vague majeure du tsunami. D'après ce modèle, en terme d'amplitude de la vague principale, une portion assez limitée de la côte SO de la Calabre serait plus affectée par rapport à la côte NE de la Sicile. Voir aussi (en anglais) : page d'accueil de Boris Behncke


Str_3012_07.jpg (18570 bytes)Str_3012_08.jpg (22124 bytes)

Photos datée du 29/12

Str_3012_05.jpg (17883 bytes)Str_3012_06.jpg (13985 bytes)

A gauche: une des secousses liées au regain d'activité du Stromboli (enregistrée par un sismographe de l' I.N.G.V.-CT installé sur l'île de Salina). A droite: vue aérienne montrant, en bas à droite de la photo, le cratère 1 (NE) - source : reportage de TF1 ce 30/12 à 20h00


Les photos de la webcam de l' I.N.G.V. montrent des émissions de cendre au cratère NW (cratère 3) à partir de 17h00 locale (mais cette activité a peut-être débuté avant cette heure étant donné que les mauvaises conditions météo fournissent des images masquées par les nuages de 14h15 à ± 16h45 locale). La première lueur au cratère NE apparaît à ± 18h45 locale, heure qui pourrait correspondre au début de l'évènement effusif.

Slv2140.jpg (19943 bytes)

Début probable de l'émission lavique à partir du cratère 1 ou NE (à 18h50 locale) vue par la webcam de l' I.N.G.V. Plusieurs filtres ont été appliqués afin d'intensifier le contraste de l'image. NB: l'heure indiquée sur les images "webcam" de l'I.N.G.V. est l'heure GMT/UTC (heure locale = GMT+1h).

Slv1921.jpg (18272 bytes)

Emission de cendre au cratère NW (cratère 3) !

La coulée de lave qui s'est déversée hier 28/12, vers 18h30, sur la Sciara del Fuoco n'est déjà  plus alimentée aujourd'hui. L'activité a été accompagnée par une série de secousses sismiques associées à des explosions plus violentes que d'habitude. La couleé a probablement été émise au pied NE de la bouche située au NE (cratère 1) de la plateforme cratériforme du volcan. La lave a atteint la mer en 30 minutes alors qu'une abondante quantité de cendre émise est retombée sur l'île et sur ses habitations. Cinq évènements sismiques ont été enregistrés aujourd'hui 29/12, ce qui semble un nombre normal  par rapport aux journées précédentes. Les mauvaises conditions météorologiques sur les Iles Eoliennes n'ont pas permis un nouveau survol du Stromboli ce jour !

Un survol des cratères effectué le 19 novembre dernier avait déjà permis de noter que le magma était proche de la surface. Une courte coulée, longue d'une dizaine de mètres, avait été observée à cette occasion. Par ailleurs, une augmentation de l'activité avait été notée à partir du 10/12, principalement au niveau du cratère NE mais aussi aux deux autres cratères (NW & N). Les projectiles atteignaient, à l'époque, une hauteur de ± 200 mètres au-dessus de la lèvre du cratère NE.

Données publiées sur le site web de La Sicilia (source: I.N.G.V.-CT)


Extraits du communiqué de l'INGV-CT du 29/12 à 14h00:

Les observations suivantes ont été réalisées lors d'un survol en hélicoptère effectué en matinée. Les photos réalisées au moyen d'une caméra thermique (identique à celle utilisée sur l'Etna) ont permis de relever la présence de trois coulées qui ont dévalé, en début de soirée le 28/12, les raides pentes du secteur oriental de la Sciara del Fuoco. La largeur maximale de la zone englobant les trois coulées mesurée au niveau de la mer est de ± 300 mètres. Celle-ci diminue notablement au niveau du point d'émission localisé à la base du cratère NE.. La température mesurée à la surface des coulées au moyen la télécaméra thermique est de ± 200°c., ce qui suggère un refroidissement du champ lavique, tout au moins dans sa partie basse. Une photo infra-rouge des coulées du 28/12 est visible sur le site de l' I.N.G.V.  


Ce 30/12, une équipe de secours basée à Nicolosi signale que l'activité se poursuit, bien qu'avec une moindre intensité qu'au 28/12. Une lente coulée de lave visqueuse se déverse toujours en mer. Le cratère 1 (NE) émet une imposante colonne gazeuse ("La Sicilia") !


Slv2191.jpg (11667 bytes)

Cliché de la webcam (I.N.G.V.) où la lueur du cratère 1 (NE) semble la plus intense (19h15 locale) !


Str_2812_02.jpg (30590 bytes)

Str_2812_09.jpg (21511 bytes)Str_2812_07.jpg (21383 bytes)Str_2812_08.jpg (25181 bytes)Str_2812_06.jpg (23721 bytes)Str_2812_03.jpg (22169 bytes)Str_2812_04.jpg (25598 bytes)

Images extraites de séquences vidéo de la RAI & de TF1; les deux dernières photos correspondent au survol effectué par l'hélicoptère de la Protection Civile Italienne le 19/11 dernier..

NB: il semble que ces images aient été filmées le 29/12 au matin et non pas au cours de l'effusion qui s'est produite en début de soirée le 28/12 car, à cette heure là, l'obscurité était totale.


Morphologie de la partie immergée la Sciara del Fuoco (suite) : Selon certaines auteurs (C. Romagnoli & al; 1993), la partie sous-marine de la Sciara del Fuoco est composée de trois secteurs bien distincts:

1) de 0 à -700m : la dépression, large de ± 1700 mètres près du rivage, est bordée par deux remparts abruptes (150<H<250m) prolongeant la partie émergée de la S.d.F. A la profondeur de -700 m, soit à quelques 3500 mètres au NW du rivage, sa largeur n'est plus que de ± 850 mètres.

2) de -700m à -1700m: la morphologie de la S.d.F. tend à devenir assymétrique alors que sa largeur se maintient aux environs de 850-900 m. La bordure NE est encore marquée par une forte rupture de pente qui diminue graduellement et disparaît à -1700 m alors que la bordure opposée présente une morphologie convexe jusqu'à environ -2200m. La pente de cette dernière structure varie de 14° à son extrémité S à 4.5° à son extrémité N.

3) A partir de -1700 vers le large: c'est une zone d'accumulation, probablement essentiellement sédimentaire - turbidites) au sein d'une large et dépression peu profonde .

La dépression de la Sciara del Fuoco est interprétée comme une structure formée par une série d'avalanches de débris successives (Siebert, 1984). Il y a une forte similitude entre les parties aérienne et sous-marine de la structure de la S.d.F. Jusqu'à la profondeur de -700m, la S.d.F. serait un couloir d'avalanches le long d'un plan de faille cisaillante majeur (plan de glissement/décollement) long de ± 3 km et large de 2 km dans sa partie la plus proche de la côte. La morphologie de la bordure convexe W  est interprétée comme étant le résultat d'un effondrement par gravité ayant affecté le flanc ouest du Stromboli (volume estimé à 4.7 à 6.7 km3 au moins).

Les études réalisées sur des volcans présentant des structures d'effondrement similaires (Kilauea, Piton de la Fournaise) suggèrent que des importants déplacements périodiques de parties de l'édifice volcanique, comme des énormes glissements par gravité, peuvent expliquer le mode d'élargissement et l'évolution de tels complexes éruptifs. Ils pourraient même être en relation avec la migration de l'activité volcanique (déplacement des centres éruptifs) au cours du temps.


Photos de la "Republica"

Photos du "Corriere de la Sera"

"Il Giornale de Sicilia"

Voir aussi : Stromboli-on-Line

Tom Pfeiffer

            Pages de Roma_sm.jpg (4117 bytes)Roberto Scandone


Anim_2611_sm.gif (103277 bytes)

Animation montrant les "moments forts" de l'activité du Stromboli le 06/11 filmés par la "webcam" de l'INGV ("gif animé" sur base des 10 photos les plus spectaculaires prises de 00h07 à 23h10 le 06/11; aucune photo de jour n'a été incluse!). Le laps de temps entre les clichés est de 1/2 seconde (att: l'intervalle entre les pauses est irrégulier). Le cratère 1 ou NE (à droite sur l'animation) est le plus régulièrement actif mais le cratère 3 (SO) nous a également gratifié d'une belle explosion à 01h11'.

Heures de prise de vue de chaque scène (heure locale = heure UTC/GMT + 2h)

00: 00h07'39"
01: 01h11'02"
02: 04h11'08"
03: 05h04'31"
04: 05h11'32"
05: 18h09'09"
06: 19h01'04"
07: 20h11'06"
08: 23h07'10"
09: 23h10'31"

Voir aussi : Stromboli-on-Line


Panarea03.jpg (3599 bytes) ou ingv_palermo_sm.jpg (3022 bytes)

Activité au large de l'île de Panarea (Iles Eoliennes; NE Sicile) - Cliquez sur la/le photo/logo du dessus pour voir détails

Panarea_fumerolles.jpg (30395 bytes)

Les 3 points rouges représentent les zones d'exhalaison volcanique


Santa Ferdinandea

L'îlot volcanique, aujourd'hui submergé, de Santa Ferdinandea est situé entre la Sicile et l’île de Pantelleria dans le détroit qui sépare la grande île triangulaire de la Tunisie. Cette région semble, depuis peu, montrer des signes d’agitation sur le plan microséismique (selon une communication du Prof. Enzo Boschi à Erice; président de l’I.N.G.V.). Aujourd'hui, le sommet (formé par un cratère) culmine à ± 10 mètres sous le niveau de la mer. 

Cette île éphémère est apparue à la surface des flots pour la dernière fois le 28 décembre 1831 (au total 4 fois durant les 2000 dernières années) six mois après sa furtive émersion du 2 juin de cette même année où elle a formé un îlot de ± 1 km de diamètre culminant à ± 60 mètres de haut. Comme l'île se trouve légèrement en dehors des eaux territoriales italiennes (à ± 40 km de la côte sicilienne), la Grande-Bretagne (mais aussi l'Espagne) pourrai(en)t décider de revendiquer à nouveau, comme en 1831, la propriété de cet îlot éphémère.