S U ' L ' T R Y

Site créé le 30 décembre 1999

                   


EL CWIN DU SCRÎJEU.

********************

Fènau-mwès.

Avou jwin, l’èstè èt lès vacances rapliqu-neut pou l’boneûr dès travayeûs qu’on boutè dix mwès dès-in bureau, lès ouyes rivès sur l’ècran d’l’ordinateûr. On pou comprinde qu’cès djins-là ratind’neut l’momint d’alér « s’oxygéner », èt d’profitér du solia.

Ôdjoûrdu, djè vous vos côzér dès cinsis qui avou jwin vèy-neut ariver l’fènau-mwès. C’èst l’tints dès grands ouvrâdjes qui cominc-neut. Nut èt djoû, lès machines modernes vont fé l’pus gros d’l’ouvrâdje èt c’èst fôrt bin insi.

C’mwès-çi djè vous vos ramwin-nér cinquante ans ari. I fôt sawès qu’à ç-tints là l’fènau-mwès s’fieut tout à fé autremint. Rin à vèye avou ôdjoûrdu. Dérèn-mint en r’mètant à place mès viys lîves scrits en walon djé r’trouvè in scridjâdje qui raconte l’fènau-mwès du tints passè.

Fènau-mwès.

 

On z-obtèneut deûs trwès paurts

A Nabule ou à Walsoc.

Au diâle  dins lès près du Saurt.

Pou cinq francs, saquantes mastoques,

 

I faleut èn’grosse eûre dè voye

Pou z-arivér su l’tèrin :

Dèvant d’ataquer leû voye

Lès fautcheûs morint d’ja d’fwin.

 

I cassint rad-mint ène crousse …

Avou l’queû, rujint leûs faûs

Èt pwis : hû! Savèz, lès cousses …

A dadaye èt nin in pau!

 

N’oyèz nin l’osti qui grigne

Tout parèy qu’in tchin vèreûs?

Nè vyès nin l’hièbe qui s’aligne

Drolà, padrî lès fautcheûs?

 

Nè vyès nin lès bèlès fleûrs

S’aflachi come dès sôlèyes?

Nè vyès nin què l’pré, asteûr

A tout l’air d’ène tièsse pèlèye?

 

 l’place du tapis flori

Qui sè-stind là t’au d-dilon,

Su l’paurt què l’faû vint d’moudri

I gn’aura pus qu’dès-andons.

 

Dèmwin, tout d’chûte què l’rousèye

Aura stî bûwe pau solia,

On waira toute ène drig’lèye

Dè fèneûses avou l’rèstia.

 

Vos wairèz come èles tèch’ront

Pou staurér lès hièbes flanîyes;

Vos-orèz come èles tchantront

Come on tchante au mwès d’Marîye!

 

I faura trwès quate djoûrnèyes

Pou r’suwér l’four comifaut …

On n’atindra dès risèyes :

On z-a tant d’plaiji, lauvau!

 

Asteûr, on va fé dès bindes

Ç’côp-là, dès p’titès hognètes …

I fait tchaûd! Mais n’faut nin s’plinde :

Èl vint nos kakîye l’anète.

 

Ôdjoûrdu, c’èst l’dérin djoû :

On mèt l’four à gros cwèjas :

On lès pingne du dzeûs au dzous.

Èt on compte combin i gna.

 

Saquants djoûs l’pacyince à prinde

Èt nos four s’ra bin r’suwè ;

Bin râte nos vinrons l’èrprinde

Avou nos grands tchaurs d’èstè.

 

On poûra nos chûre à l’trace

Ca nos foûr sint oute dè bon;

Ça n’vaut-i nin mia qu’lès crasses

Qu’on nos vind pou du sinbond?

 

Quand l’dérin tchaur s’ra kèrtchi,

Nos plantrons l’coq à l’coupète

Èt quand i s’ra dèskèrtchi,

On z-è pil’ra dès galètes.

 

Fé l’fènau-mwès, mès-amis,

N’èst nin là si p’tite afère ;

Pou l’cia qui vout ramwinri

C’èst p’tète èl mèyeu magnère.

                                                                                            Em. Jos. PIRET.

è

GLOSSAIRE.

L’queû                            pierre à aiguiser

Moudri                           meurtri

Andons                           andains

Èles t’èch-ront                 elles se dépêcheront

Dès hognètes                 des petits melons

L’anète                           la nuque

Cwèjas                           gros melons

Sinbond                          parfum

On z-è pil’ra                  on en mangera beaucoup

Ramwinri                       maigrir

 


Accueil | À l' radio | À vos cujènes | El cwin du scrîjeu | Josée-Spinosa Mathot | Mots croisés | Sites Web favoris | S'u'l'Try |

Pour m'écrire cliquez

Vous avez aimé et vous voulez voter, cliquez ici

Dernière modification : vendredi 14 août 2009